Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médium & Guérisseur

Médium & Guérisseur

Travailler avec les Etres de Lumière pour faciliter notre guérison spirituelle et le passage vers l'ère nouvelle

Les guérisseurs de l'impossible

Les guérisseurs de l'impossible
Les guérisseurs de l'impossible

La Maison « saint François d'Assise »…

Elle est aussi un Centre de guérison, fondée par Nelson Teixeira da Cunha et son épouse Zahia, le 29 octobre 1984 à Uberlandia - Etat du Minas Gerais.

Centre kardéciste d'aide sociale et de médecine spirituelle basée sur le bénévolat et le service à autrui.
Nelson incorpore l'Entité responsable du Centre de guérison : le Dr Hansen.

Le Docteur Hansen…

Il naît à Berlin en 1861. Médecin clinicien, chirurgien et professeur, il se marie avec Datsy dont il a trois enfants : Günther, l'aîné qui devient médecin, Kurt et Mercédes. […] La guerre de 1914 fait rage. Bien qu'il ne soit pas mobilisé, le Docteur Hansen décide de rejoindre un hôpital de Campagne au front, accompagné par Herta Güering, infirmière et fiancée de Günther. Le temps passe, et celui-ci, qui exerce au cabinet paternel, ne parvient pas à se consoler de la séparation d'avec ceux qu'il chérit. Il éprouve pour son père une réelle vénération. Il part les retrouver au front ; il y voit son père épuisé qui se dépense sans compter, oubliant de dormir et refusant de prendre un repos mérité. Günther tente alors de raisonner son père, sans succès. Quelques jours plus tard, Herta lui avoue qu'Hansen voudrait qu'il le laisse remplir sa mission sans interférer.
Günther lâche prise et part œuvrer dans un autre pavillon.

Le lendemain, 29 octobre 1917, une violente explosion retentit à ses oreilles, tout près de là. Günther se rue dehors pour constater la destruction du bâtiment où se trouvaient son père et sa fiancée.
Désespéré par ce coup du destin, il apprend peu après la mort de sa sœur Mercédes ; sa mère et son frère ont quitté la capitale pour aller se réfugier dans la famille, à la campagne en attendant la fin de la guerre…

La guerre terminée, il se retrouve à Berlin. C'est alors qu'il reçoit de son père décédé, l'inspiration de lire et d'étudier trois livres : « l'Evangile selon le spiritisme », « le Livre des Esprits » et « le Livre des médiums » ouvrages dont Allan Kardec est l'auteur.
Peu à peu, il commence à saisir le sens caché de ses récentes épreuves. Ainsi, œuvre la providence pour lui faire ressentir la profondeur de la souffrance humaine et compatir aux malheurs d'autrui…

Ayant appris l'essentiel de cette leçon, il décédera peu après…

Qui est Nelson Teixeira ?…

Dans cette vie, Günther se serait réincarné sous les traits de Nelson Teixeira, puis il a rencontré et épousé Zahia, sa Herta du passé.
Un soir alors qu'ils priaient chez eux, une figure lumineuse d'un vert électrique se matérialisa en face d'eux, se présentant sous le nom du Docteur Hansen. Ils écoutèrent, ébahis, l'apparition dévoiler leur future mission en étroite collaboration avec lui. Ensuite, Comme le fit João avant lui, Nelson rendit visite au fameux médium Chico Xavier qui lui conseilla d'entreprendre sans tarder, des études de médecine et de se spécialiser en homéopathie.
Zahia devint enseignante et son mari, homéopathe.



En 1984, aidés par tout un groupe d'amis, ils achetèrent le terrain, et construisirent leur Centre où ils sont depuis, les instruments privilégiés du Dr Hansen.

La Casa "saint François d'Assise…"

Le Docteur Hansen a dit au tout début à Nelson, que s'il demandait de l'argent en retour de son service de guérison, il cesserait de l'incorporer… Rien n'est demandé au visiteur : [ce n'est plus tout à fait le cas, car depuis maintenant deux ans, Raoul a pour mission de distribuer les fiches d'entrée mais aussi de demander de l'argent aux patients pour participer à la construction du complexe. Quelques bénévoles vendent aussi des livres -essentiellement du Dr Nelson- ainsi que quelques babioles en insistant parfois assez lourdement. Un soir, après la méditation, il a été présenté -et représenté- deux factures d'électricité et quelquefois de téléphone sous le prétexte fallacieux que les patients hébergés au complexe étaient réunis et que cette démarche, si elle semblait déplacée, était justifiée par le fait qu'après avoir construit, il fallait se donner les moyens d'entretenir.
On est en droit de se demander alors s'il n'est pas préférable d'arrêter de construire si l'on doit, par la suite, demander l'aumône pour assumer les frais d'électricité, voire de téléphone.
Ne pourrait-on pas appeler cela : vivre au-dessus de ses moyens.] la fraternité prend ici un sens véritable indépendamment de l'amour et de l'attention dispensés par tous les bénévoles envers les malades qui se présentent dans ce Centre. [Là aussi, quelque chose a changé ces derniers temps : il aurait été refusé de l'eau à la Casa da Fraternidade à une personne qui en manquait, sous prétexte qu'elle n'était pas -ce vendredi là- présente pour recevoir des soins. Le Dr Hansen avait pourtant bien précisé à ceux qui pensaient la vendre à fin de fluidification :
– « l'eau est la denrée la plus précieuse que Dieu ait créé sur la Terre, car sans eau il n'y aurait pas de vie. On ne vendra pas d'eau dans cette maison »]

Le Centre de guérison compte environ 500 bénévoles issus de toutes les classes sociales. Ici, le bénévolat est une chose sacrée. Le Docteur Hansen dit qu'on ne peut demander à quelqu'un que l'on paie, d'avoir des gestes de tendresse envers une personne qui souffre. Seul un bénévole peut avoir de la compassion et si un jour, le Centre venait à manquer de bénévoles, il préfèrerait suspendre les activités de la Casa que de devoir rémunérer des gens pour accueillir le désespoir.
Pas de privilège entre eux, ils sont polyvalents pour toutes les tâches occasionnées par l'accueil et le traitement de plusieurs milliers de personnes par jour. Beaucoup viennent de loin pour servir ici le vendredi de chaque semaine, jour unique pour la consultation et les soins.




Quelques bénévoles ce jour-là…


Distribution de vêtements, de produits de première nécessité (dentifrice, savons, serviettes périodiques, papier hygiénique), balais… [ce n'est plus le cas pour les produits] chaussures… etc…
Des cours d'hygiène, de couture et de préparation à la maternité sont proposés aux femmes, ainsi que des cours d'alphabétisation pour les enfants des rues, et les adultes.

Une troupe théâtrale, amateur, met en scène des choses de la vie de tous les jours afin de les rapprocher du message des Evangiles et en permettre ainsi une meilleure compréhension par l'exemple. On y aborde la vie, la mort, la richesse, la pauvreté, le destin… etc. et même la vie après la mort…

Pour gagner un peu d'argent…

D'autres activités sont indispensables à l'achat de nourriture : des bénévoles se sont rendus à une vente aux enchères… de vaches pour récupérer des cannettes de bières et d'autres boissons. C'était peut-être un peu fastidieux, sous 40° à l'ombre, mais même fatigués, le soir, ils sont contents d'avoir apporté une pierre à l'édifice.

Une fois par an…
Une fois par an est organisé une tombola… La société FIAT a offert une voiture pour la Casa pour l'occasion : ce sera le premier prix, et le seul… La vente des tickets aide aussi à l'achat de la nourriture, du coton et des aiguilles -très chères- pour les soins du vendredi.

Il portait le numéro…

photo du tableau "noir" réalisée sans trucage…

le gagnant…


Anecdotique…

Ça se passe comme ça à la Casa !…

L'an dernier, un participant criait haut et fort que s'il gagnait le lot, il l'offrirait à la Casa… Le jour du tirage arriva et ce fut lui qui gagna… Quand on lui annonça l'heureux "hasard", le gagnant changea d'avis et décida de garder le véhicule : il en avait besoin…
oublié l'engagement…

Cette année, certains des bénévoles ont demandé au Docteur Hansen de faire gagner quelqu'un qui remettrait le lot gagné à la Casa et qui tiendrait promesse car ils en auraient eu bien besoin…

Ce à quoi l'Entité a répondu : « Nous aussi savons qui en a bien besoin !… »

L'heureux gagnant avait acheté 20 billets de tombola, juste pour aider la Casa car il n'y avait jamais mis les pieds, n'étant pas malade… C'est cet être que le Docteur Hansen a voulu remercier ; sa fille étant gravement malade, il s'était engagé à la visiter régulièrement… mais habitant loin de chez lui, il avait un besoin impératif d'une voiture en bon état…

Tout cela pour dire qu'il n'y a pas de hasard, et pour démontrer, si besoin était, la pureté, l'intégrité de l'Entité qui ne fait pas sien ce dicton : « Charité bien ordonnée commence par soi-même… »
Sa fille étant malade, on aurait pu penser que le Ciel ne lui aurait pas fait gagner la voiture, mais qu'il aurait pu lui conseiller de l'amener à la Casa pour éventuellement la soigner ; non, l'être est libre de son choix, même si, peut-être, le fait d'avoir gagné l'y encouragera…


Le 26 septembre, date de naissance de saint François, une grande fête est donnée qui rassemble plusieurs milliers de personnes.


Tout semble paisible alentour, et pourtant, à l'intérieur, tout bouge : on prépare la distribution de centaines de sacs ; de nombreux bénévoles sont là pour aider les femmes enceintes et les vieillards à les transporter dans des carrioles de fortune…

De nombreuses personnes viennent, ce jour-là, chercher de la nourriture et des vêtements…

Mais là non plus, rien n'est laissé au hasard : des fiches sont soigneusement remplies et les gens qui viennent se sont inscrits en précisant le nombre de personnes à aider, leur âge et leur taille…

Malheureusement bon nombre attendent sur un autre trottoir car non inscrits -donc non priotaires- en espérant qu'il restera quelque chose pour eux…

Ce jour-là aussi, le Docteur Nelson, aidé de sa femme Zahia, comme en un symbole, distribuent du lait et du pain à une longue file de gens démunis de tout.

Paula, Zahia et le Dr Nelson…



C'est aussi la fête des enfants…

Il est projeté un film et distribué une collation à l'occasion : sandwiches, glaces, plus de 600 gâteaux confectionnés et du Guarana, une boisson typiquement brésilienne…

puis quelques jouets pour chacun…

La rue après le départ des enfants qui démontre, un peu, le manque de respect de ces mêmes enfants pour ces lieux…

aussi, si besoin était, le réel succès de cette fête…

Source : http://www.ephphata.net/Dr-hansen/la-casa-saint-francois.html#docteur-hansen

Les guérisseurs de l'impossible

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article