Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médium & Guérisseur

Médium & Guérisseur

Travailler avec les Etres de Lumière pour faciliter notre guérison spirituelle et le passage vers l'ère nouvelle

Les miracles du curé d'Ars

Miracles

Le plus célèbre des miracles dont fut favorisé le curé d'Ars est sans doute le miracle du blé, qui se produisit deux fois. La première fois date des années 1828-1830. On mettait alors dans le grenier du presbytère le blé qui devait servir à faire le pain pour la « Providence ». Selon une déposition faite au procès de l'Ordinaire : « La multiplication du blé a été connue de toute la paroisse et je l'ai entendu raconter au père Mandy, de la manière suivante : "Le meunier avait emporté cent boisseaux de blé pour faire de la farine. Il fallait environ cent boisseaux par mois pour la Providence." Le père Mandy, qui avait la clé du grenier et qui mesurait le blé lorsque le meunier se présentait, vint dire à M. le curé qu'il ne restait qu'un petit tas de grain. M. le curé ne répondit rien. Quelques jours après, lorsque M. Mandy faisait la visite du grenier, il le trouva plein151. »

Au procès apostolique in genere, un ecclésiastique déclara : « Je sais que le fils encore vivant d'un habitant d'Ars nommé Mandy attribuait à son père d'avoir en cachette monté du blé dans le grenier. Cet homme m'a paru un peu disposé à affaiblir l'intervention surnaturelle dans les faits de la vie du curé d'ars. » Mgr Fourrey, qui cite cette déclaration, estime que l'hypothèse d'une supercherie du maire Mandy est insoutenable, la meilleure preuve en étant, selon lui, que le curé d'Ars crut toujours à l'authenticité du miracle du blé. Mgr Fourrey reconnaît toutefois que les miracles qui ont pu se produire à la cure n'ont jamais été contrôlés rigoureusement. Il reproduit à ce sujet un témoignage fait au procès de l'Ordinaire : « On ne s'est jamais beaucoup occupé dans la paroisse de constater ces faits, parce que 1° il était difficile de pénétrer à la Providence et à la cure ; 2° parce que l'opinion de sainteté qu'on avait de M. Vianney était telle qu'il ne paraissait pas extraordinaire que Dieu eût opéré des prodiges en sa faveur. On trouvait pareilles choses toutes naturelles152. »

Quant au second miracle du blé, on ne le connaît que par un témoin indirect. Celle qui est censée l'avoir constaté le passa sous silence quand elle fut interrogée au procès de canonisation153.

La « Providence » fut aussi le théâtre d'un « miracle du pétrin » : trois directrices attestent qu'une grande fournée de pain put être obtenue à partir d'une quantité de farine tout à fait insuffisante154.

Catherine Lassagne a affirmé en outre un miracle de multiplication du vin. D'après l'abbé Raymond, toujours très critique envers les allégations de faits surnaturels, le curé d'Ars lui-même ne croyait pas à ce miracle et en donnait une explication naturelle155.

De nombreux pèlerins ont attesté que le curé d'Ars avait sur leur compte des connaissances qui ne pouvaient pas lui avoir été communiquées naturellement. Cette clairvoyance surnaturelle est un don que la théologie mystique appelle « intuition »156. Un pénitent pouvait être tellement persuadé de ce don de clairvoyance qu'il se fiait à l'intuition du curé d'Ars plutôt qu'à ses propres souvenirs : « et voilà que tout à coup il se mit à me questionner sur tel ou tel point, toujours sur des fautes ignorées de moi ou oubliées ; si bien qu'à la fin, lors même que le souvenir ne m'en revenait pas aussitôt, je n'osais pas nier, assurée qu'il ne s'était pas trompé157. » Toutefois, les proches du curé d'Ars qui se sont exprimés à ce sujet ont tous dit que, quant à eux, ils n'avaient jamais constaté ce don d'intuition affirmé par les pèlerins. L'abbé Raymond, toujours critique, a déclaré lors d'un des procès apostoliques : « Je lui demandai un jour s'il était vrai qu'il devinait ce qu'avaient fait certaines personnes; il me répondit que non et il ajouta qu'il était quelquefois averti par les logeuses en ce qui concernait les faits extérieurs158. »

Mgr Trochu159 et Mgr Fourrey160 reconnaissent d'ailleurs que le don d'intuition du curé d'Ars ne se manifestait pas constamment. Ils en donnent pour preuve l'incident de La Salette (voir plus haut), où le curé d'Ars perçut comme menteur le témoin d'une apparition qui allait être reconnue par l'Église. Lors de cet incident, le père Eymard, futur saint Pierre-Julien Eymard écrivit au vicaire général de Grenoble, grand partisan de l'apparition : « d'ailleurs on donne au loin trop de puissance à l'opinion de M. le curé d'Ars ; ici, elle est bien ordinaire sous le rapport du jugement, et souvent on le met au-dessous […]161 ».

Les prières du curé d'Ars auraient obtenu plusieurs guérisons miraculeuses.

En mai 1843, il est atteint d'une pneumonie et son état est jugé critique par les médecins. Il implore sa guérison en promettant cent messes à sainte Philomène et, au moment où s'achève la première de ces messes, la fièvre tombe. Le curé d'Ars attribue la guérison à sainte Philomène, et l'opinion générale en fait autant162. En 1959, toutefois, le Dr Alain Assailly écrivait : « Il nous est bien difficile, à nous médecin, de ne pas constater que la défervescence se fit le neuvième jour, comme cela se voyait couramment dans la pneumonie avant l'usage des antibiotiques163. »

Parmi les affections dont les prières du curé d'Ars auraient obtenu la guérison miraculeuse, on cite des maladies qui semblent avoir été surtout des maladies fonctionnelles ou des séquelles fonctionnelles de maladies organiques – extinction de voix164, paralysie165, douleurs166… On cite aussi une guérison organique : loupe sur le visage qui disparut au moment même où le curé d'Ars la toucha, mais les témoignages sont tardifs et divergents, et l'identité du miraculé est inconnue167.

Apparitions célestes

Le curé d'Ars parlait volontiers des tourments que lui infligeait le diable, mais il était plus discret sur les consolations qu'il recevait du Ciel. Par exemple, il fait en chaire de vagues allusions qui intriguent ses paroissiens : « Mes frères, si vous saviez ce qui s'est passé dans cette chapelle de saint Jean, vous n'oseriez pas y entrer [...] Mais je ne vous en dis pas davantage. » D'après un ecclésiastique qui se trouvait alors à Ars, l'abbé Renard, il s'agit là d'apparitions de la Vierge et de saint Jean : « il les a communiquées à peu de personnes et il nous les a comme avouées168 ». Parlant de ses premières années à Ars, il confiera à un autre ecclésiastique, l'abbé Tailhades : « le bon Dieu me faisait des grâces extraordinaires. Au saint autel, j'avais les consolations les plus singulières. Je voyais le bon Dieu, je ne vous dirai pas que ce fût d'une manière sensible, mais le bon Dieu me faisait bien des grâces36. » À une autre confidente, il ne dit pas qu'il voit lui-même le bon Dieu, mais qu'il connaît quelqu'un qui Le voit et converse avec Lui, et la confidente conclut que cet interlocuteur du bon Dieu est le curé d'Ars lui-même169

source: wikipedia

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article