Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médium & Guérisseur

Médium & Guérisseur

Travailler avec les Etres de Lumière pour faciliter notre guérison spirituelle et le passage vers l'ère nouvelle

La thérapie par « détachement d’esprits » (Spirit release therapy)

 

La ‘Spirit release therapy : comment la définir et que permet-elle ?

Une présentation clinique d’un thérapeute et les perspectives des patients par le Dr. Alan Sanderson


Rumi, le mystique persan du 13ème siècle, ne doutait pas de la réincarnation. [NdT : Discutable, « nous en sommes réduits à des conjectures quant à la nature exacte de ce qu’il entend par ce « passage » d’une essence d’un corps à un autre » (Rûmî, Leili Anvar-Chenderoff, p.108)]

La prodigalité de l’âme est sans fin.
Printemps, après printemps, après printemps,
Nous sommes pour elle ses jardins, périssant, fleurissant.

(The soul’s extravagance is endless.
Spring after spring after spring
We are your gardens, dying, blossoming.
)

En plaçant la mort avant la floraison, Rumi considère que, dans le cycle de la transformation, mourir a autant d’importance revenir à la vie. Dans un autre poème il dit, ‘Quand avez-vous déjà été diminué par la mort ?‘ Bien que la croyance en une progression ascendante et constante soit commune, la mort apporte parfois de nombreuses difficultés imprévues, non seulement pour l’esprit en voyage, mais aussi pour ceux encore incarnés.

La croyance que la mort puisse être à la fois bonne et mauvaise est partagée par les cultures soi-disant primitives. Dans une mauvaise mort, l’âme reste attachée à la terre et peut troubler les vivants. J’en suis venu à penser que les gens, en Occident et ailleurs, sont souvent ennuyés par de tels esprits. Si tel est le cas, les psychiatres ont la grande opportunité de libérer à la fois l’hôte et l’esprit relié.

Comment, après les bienfaits des techniques de Maudsley, en suis-je venu à tenir un point de vue aussi excentrique ?

Ma rupture avec l’orthodoxie commença en 1992, lorsque j’ai rencontré Lance Trendall, auteur de Dead Happy. Sa carte proclamait, ‘Hypnothérapeute et ’thérapeute pour esprits’’. Je n’avais jamais pensé aux esprits, et les considérais encore moins comme des patients potentiels. Lance m’a expliqué qu’il est courant de découvrir des fantômes hantant sous la peau des personnes qui leur offrent un point d’ancrage et les nourrissent.

Il m’a donné un exemplaire du livre ‘The Unquiet Dead‘ écrit par la psychologue Edith Fiore (1987). J’ai été impressionné par les témoignages d’esprits parlant via ses patients placés sous hypnose. J’ai invité Lance à me démontrer à l’Hôpital Fairfield sa technique assez similaire. Dans certains cas, la réussite était impressionnante. Je me souviens en particulier d’un jeune homme, qui souffrait d’un bombardement de voix hostiles, ouvrant ses yeux et s’exclamant, « Elles sont parties ! » Elles étaient de retour une semaine après, mais jamais aussi gravement. J’ai appris l’hypnose et suis allé en Floride par le train avec William Baldwin (1992) pour une Thérapie ’de détachement d’esprit’ [Spirit Releasement Therapy.] Délivrer des esprits au NHS fut une expérience exaltante mais non sans difficultés. Mais ceci est une autre histoire. Maintenant, je pratique en privé.

Avant de procéder aux études de cas, je veux souligner que le concept d’attachement d’esprit et la pratique du détachement d’esprit ne sont pas basés sur la foi, comme le sont les croyances religieuses et mystiques. Elles se basent sur l’observation de cas cliniques et leur réponse à des techniques thérapeutiques standard. C’est une approche scientifique, qui toutefois prend en compte l’expérience subjective et n’est pas confinée par la théorie scientifique contemporaine.

Alors où sont les études à l’appui de ces affirmations hérétiques ? Les résultats de recherche ne sont pas encore disponibles à cause de trois faits : (1) C’est une nouveauté. C’est seulement durant les dernières décennies que le détachement d’esprit a commencé à être enseignée et pratiquée méthodiquement ; (2) Il subsiste beaucoup de méfiance, d’ignorance et de désinformation à ce sujet, et des obstacles conséquents empêchent les patients du NHS (National Health Service) d’accéder à ces soins ; (3) Il n’y a pas de fonds de recherche.

Je crois que les fonds et la recherche, avec le développement d’une méthodologie appropriée, ne se mettra pas en place avant longtemps. Les résultats d’études constituent un premier pas évident. En attendant, les cas individuels ont beaucoup à dire.


Cas 1. Personnalité multiple.

Présentation

Pru, femme mariée sans enfant de 46 ans, a passé de longues périodes à l’hôpital et a subi 14 ans de psychothérapie. Le diagnostic déclarait : trouble de la personnalité. Elle a été victime d’abus sexuels par son père. Un de ses caractéristiques était des périodes de temps disparues. Souvent, elle retrouvait des habits dans sa garde-robe qu’elle ne se souvenait pas avoir achetés. Pru est venue me voir habillée en noir, portant un chapeau souple en velours. Elle tenait un ours en peluche et riait comme une enfant. Elle se plaignait essentiellement de pensées suicidaires et de périodes de dépression noires. Elle avait de nombreuses cicatrices de coupures auto-infligées. Malgré les apparences, Pru était fortement motivée. Nous avons pris la décision d’utiliser l’hypnothérapie et elle s’est révélée être un sujet douée.

Thérapie

Des esprits très destructeurs furent identifiés durant le traitement. Le plus puissant de ces derniers étaient son père, Jason. Pru le voyait parfois en consultation dans la chambre et reculait terrorisée. En hypnose, Jason a parlé via Pru, affirmant qu’elle était sa possession, qu’il faisait d’elle ce qu’il voulait. À deux reprises, elle s’est levée de la chaise et s’est tenue au-dessus de moi, me menaçant de me tuer. À chaque fois elle a répondu à mon regard fixe et mes injonctions ‘Dormez !’. En transe profonde, Jason a accepté de regarder en lui-même, où il a vu de la noirceur. J’ai invoqué une aide angélique. Avec l’utilisation du protocole de Baldwin pour traiter avec les esprits démoniaques, la noirceur est partie. Par la suite, Jason était docile. Il accepta de quitter. D’autres entités destructrices ont répondu d’une manière similaire.

Il a fallu du temps pour que les éléments les plus gênants se manifestent. Parfois, ils laissent leur trace durant des passages hospitaliers, lorsque le personnel du service observait Pru sortir des lieux d’un pas déterminé. Elle n’a pas entendu de voix mais s’est trouvée sous l’influence de compulsions irrésistibles. J’ai eu plusieurs fois des appels téléphoniques désespérés, durant lesquels Pru parlait en tant que Jane, un désincarné serviable, ‘Pru s’est trompée de route et ne pourra pas retourner chez elle ; elle est perdue‘. Ou bien, ‘Pru est en haut du parking et je crains qu’elle ne saute‘. C’est seulement en parlant à l’entité destructrice que je pouvais résoudre la crise.

Il y avait aussi des entités positives, un Guide et un Gardien, qui apportaient leur grand soutien à Pru. Jane pouvait parfois me donner des informations (‘Pru a une lame de rasoir dans la semelle de sa chaussure‘). Au début, Pru ne savait pas. Plus tard, cette barrière s’est dissoute et Jane devait être plus circonspecte. Après le départ des entités destructrices (aucune n’est revenue) vint la tâche de travailler avec les alters d’enfant en détresse et guérir l’âme fragmentée. Durant nos 2 années de travail ensemble, Pru a développé ses talents dans l’art. Au début, ses peintures étaient essentiellement noires – des crucifix, couteaux et d’autres objets liés à la violence. Plus tard elle a peint, avec des couleurs vibrantes, des arbres, qui ont une signification symbolique puissante.

Résultat

Les réalisations artistiques de Pru ont largement contribué à sa guérison. Elle a tenu plusieurs expositions et s’est retrouvée seconde dans une compétition internationale. Le succès artistique de Pru dépend de nombreux facteurs, la détermination, la sensibilité et, surtout, les influences cachées au travail en son sein.

J’ai rendu visite à Pru récemment et l’ai trouvé bien plus confiante d’elle-même. Elle n’a pas besoin de soins médicaux et elle ne s’est plus coupée depuis des années. L’enfant intérieur ressort de temps à autres. Parfois il éclabousse la peinture et elle doit en recommencer une nouvelle. Jane était toujours là, le Gardien et le Guide l’influence tous les jours. À chaque jour son lot de surprises. À propos de sa peinture, Pru la commente ainsi, ‘Je dois grimper maintenant. Je sens que ce seront des arbres. Je suis attirée dans cette direction. Je sais que je n’ai pas le choix‘.

J’ai demandé à Pru d’écrire un paragraphe sur son expérience. Elle a écrit, ‘l’approche spirituelle m’a libéré de l’angoisse quotidienne plus que tout ce que j’avais tenté auparavant. Pendant l’hypnose je me suis retrouvée à parler de certaines expériences que je n’avais pas eues et d’endroits où je n’ai pas été. Donc, étaient-ce des Esprits, des séparations de ma Personnalité, une mémoire Ancestrale ou même une Fausse Mémoire/Imagination ? Je mets sérieusement en doute la dernière possibilité. Il y avait de la réticence, et au même moment du soulagement, de pouvoir discuter, être acceptée et mise en contact. Être libérée de l’obscurité, en dehors et dans la lumière, doit être expérimenté pour être cru. C’était étonnant et je m’émerveille à la vue de ces ’entités’ disparaissant et me libérant.


Cas 2. Trouble de l’identité sexuelle.

Présentation

Je dois au Dr Edith Fiore le cas suivant que je souhaite citer, qui est entièrement décrit sur le site de la SRF. Un médecin réputé avec un trouble de l’identité sexuelle sévère, Roger, préparait déjà une opération chirurgicale de changement de sexe. Il est venu en raison de l’insistance de sa femme qui avait lu le livre de Fiore. Un ami psychiquement sensible avait vu un esprit féminin avec lui.

Thérapie

Sous hypnose, Roger a vu l’esprit d’une femme s’en aller. Auparavant sceptique, il a été totalement convaincu par la procédure.

Résultats

Trois ans plus tard, l’orientation de Roger était entièrement hétérosexuelle. Son mariage n’avait pas été aussi heureux depuis des années.

Commentaire

Ce cas n’est pas isolé. Barlow et al (1977) rapportent un cas répondant à l’exorcisme. Le trouble de l’identité sexuelle est un problème d’un intérêt particulier pour une thérapie de détachement d’esprit, puisqu’il n’y a aucun autre traitement connu.

La chirurgie est le seul traitement disponible dans les cas sévères. La situation appelle à d’autres recherches financées par le NHS.


Cas 3. Trouble de l’adaptation. Ma patiente, Christina, est aimablement venue à une réunion sur la Spirit Release Therapy pour raconter son témoignage en personne.

Présentation

Christina a 59 ans. Elle est venue me voir il y a 18 mois, en crise, après la rupture d’une relation houleuse de 12 ans. Ensemble, elle et son partenaire ont enseigné, voyagé et co-écrit un livre sur le Qi Gong. Christina a manifesté énormément de chagrin et de colère mais était déterminée à ne pas reculer. Elle n’avait jamais été aussi perturbée auparavant. Christina était la plupart du temps heureuse et bien dans sa peau. Maintenir des relations émotionnelles avec des hommes était une facette de sa vie qui n’avait pas prospéré. Elle travaille en tant que conseillère et enseignante de Qi Gong.

Il y a eu une relation tendue avec sa mère, qui était sensible, anxieuse et incapable de montrer de l’affection. Son père, un juif ayant fuit l’Allemagne au début des années 30, avait un penchant à la philosophie. Il a donné a Christina son amour de la vie. Eux deux sont morts il y quelques années, de vieillesse. La mort de sa mère était un énorme soulagement.

Les symptômes de Christina consistaient en un désarroi intérieur et une voix pleine de tourment disant ‘Pourquoi ne pas revenir ?’ Elle souhaitait explorer son état en raison de sa composante spirituelle.

Thérapie

Une visualisation guidée fut employée pour l’induction hypnotique. Christina a reçu la suggestion de se remplir de lumière et de passer en revue son corps pour détecter des zones ombragées. Le rapport suivant, très raccourci, vient d’une session enregistrée.

“Autour de ma tête se trouve une bande grise, sombre, de résistance. Il y a quelque chose qui veut continuer à parler sa propre langue, et qui résiste. Le plexus solaire est gonflé de lumière ; beaucoup de reconnaissance s’y loge.

“Je me relie maintenant avec une sensation de gel autour de l’os de la mâchoire, et une contraction du visage. Le visage est sous l’emprise d’un état de gel.”

J’invite la zone grise sombre autour de la tête à parler. “Laissez juste vous parvenir tout ce qui vous vient, Christina.”

“Je la rendrai aveugle ; je la mangerai. Je la rendrai aveugle ; je la mangerai.”

“Dites-moi, avez-vous un nom ?”

“Non. Maintenant, de cette vie délicieuse, je me nourrirrai.”

Christina explique : Je suis conscient de différents niveaux de perception après que l’entrée en scène de la “Voix” ; il y a l’esprit sceptique, le moi observateur qui réalise que la voix possède une nature intéressante, une énergie différente – et il y a une décision intérieure que je fais pour suspendre la pensée, apaiser l’esprit rationnel, et aller de pair avec l’énergie de ce qui m’arrive. Je continue de bonne foi, remarquant des sensations corporelles et les réponses spontanées aux questions.

“Donc vous êtes ici pour vous nourrir de l’énergie de Christina ?”

“Oui.”

“Comment affectez-vous Christina ?”

“Je la terrifie à mort.”

“Et dites-moi, quel âge avait Christina lorsque vous êtes venu dans sa vie ?”

“Vraiment tôt — la première fois c’était de la peur en elle.”

Il l’avait rejoint lorsque Christina avait 8 ou 9 ans.

“Elle a commencé à se sentir effrayée et seule avec ses parents. L’amour n’était pas là. Elle a commencé à se sentir horrible, quelconque et différente.”

“Et qu’est-ce qui a permis cette entrée chez elle ?”

“Un grand trou ouvert dans son front et à l’avant de son corps. J’ai pu venir m’incruster comme dans une prise, utiliser son esprit, et m’asseoir dans sa tête.”

“Où étiez-vous avant ?”

“Tournoyant aux environs, attendant. cherchant quelqu’un chez qui aller.”

“Et à qui répondez-vous ?”

“Christina a une douleur aigüe autour de l’arrière de sa gorge. Elle ne va pas le dire.”

“Mais vous pouvez le dire. Vous pouvez dire à qui vous répondez maintenant. Vous savez.”

“Vous savez à qui je répond.”

“J’invoque maintenant St Michael et aux Esprits de Lumière Tout-puissants et Bienveillants pour qu’ils soient présents parmi nous et qu’ils nous atteignent avec un filet de lumière, une capsule étanche de lumière, qu’ils la placent autour de cette zone gris foncée qui affecte Christina, de sorte que cette zone soit complètement contenue, de sorte qu’il n’y ait pas d’échappatoire.”

Christina commente : J’ai senti un grand soulagement en entendant l’invocation de St Michael. Je vois la “chose” prise dans un filet de lumière. C’est une énergie négative, pas un démon ou une présence satanique, mais quelque chose à quoi j’ai servi d’hôte – un parasite se nourrissant du désespoir.

Christina bouge, ressentant de l’inconfort.

“Que vous ont-ils dit sur ce que la lumière vous ferait ?”

“Mourir.”

“En aucune façon vous n’allez être blessé. Vous êtes juste contenus ici, de sorte que je puisse vous parler et de sorte que vous puissiez me parler. Maintenant, regardez en vous-mêmes et dites-moi ce que vous voyez.”

De la fumée grise, puis une croix sombre, et puis un oeil. Je lui dis de regarder à travers l’oil.

C’est quelque chose d’étrange et de doux. Des mains en sortent. Christina commence à sangloter.

“Il y a encore quelque chose dont vous avez à prendre conscience.”

Je vois le ciel bleu. Je me sens en paix.

“Depuis quand ne vous êtes pas sentie chaleureuse et paisible ?”

“Depuis longtemps”

J’ai dit que les anges peuvent installer [cet esprit négatif] dans la Lumière où il peut être rééduqué et enseigné à être bon. Mais d’abord il doit me dire si d’autres êtres sombres sont dans les parages.

“Il y en a un qui travaille également avec lui.” (référence à son ex-compagnon).

“Il essaye de l’attirer en disant, “Essaye plus fort, essaye davantage ! Reviens. Il y a des goodies pour toi ici. Vois ce que tu manques ! Regarde ce que tu as perdu ! Fille idiote ! Tu laisses échapper quelque chose.”

“Appelez-le. Dites-lui de regarder en lui-même et de trouver sa propre source de lumière, de trouver sa beauté intérieure.”

“Oh, il est sauvage celui-là ! Il a des yeux sauvages. Il sautille partout.”

Christina décrit : Le changement de ton m’intéresse, je suis quelque peu étonnée par la description “sautille partout” – cela semble absurde et comique – mais c’est ce qui est sorti. Je suis également surprise par le niveau d’intensité de la seconde voix. Au cours de la session mon esprit sceptique doutait, et je ne peux qu’invoquer le soutien de mon âme qui me donne une expérience de bonne foi et qui me rappelle que je sais tout cela mais que j’ai été en si profonde séparation et dans l’obscurité du chagrin que je ne pouvais pas rassembler mes propres forces angéliques. J’ai besoin d’une autorité externe forte et dévouée en l’absence de la mienne propre, pour isoler les prédateurs et les mettre quelque part où il peuvent guérir.

La seconde entité dit,

“J’aime mon boulot. J’aime faire des bêtises. J’aime sautiller de partout ; c’est très énergétique.”

“Que vous a-t-on promis, si vous sautillez de partout et faites des bêtises ?”

“Oh ! Je peux me nourrir et me nourrir encore et faire des drames et dégâts et de la haine et des cris et de la haine et.”

“Esprits de Lumière Tout-puissants et Bienveillants, emmenez-les tous dans un filet de lumière et faites-les se regarder à l’intérieur, de sorte qu’ils puissent recevoir une aide et être ré-éduqués.”

Au final il ne reste qu’une seule grosse boule de lumière.

Christina commente, “Je me sens capable de dormir des jours.”

J’ai invoqué les Esprits Curatifs de Lumière, pour qu’ils viennent là où se trouve l’obscurité, et la perce avec un baume curatif de lumière et de guérison. Ensuite, j’ai demandé à Christina de se concentrer sur sa mâchoire, là où elle a eu la sensation de gel.

“Je parle aux mâchoires, à la sensation de gel autour d’elles.

Qu’avez-vous à dire ?”

“Elles sont bloquées. Je ne peux pas parler, je n’en ai pas le droit.”

Ce blocage est un simple souvenir. Christina signale qu’il y a quelque chose autour de ses lèvres. Je lui dit d’y jeter un coup d’oil. Elle rencontre le souvenir de l’amertume de sa mère. Avec la permission de Christina, je demande à sa mère de se manifester.

J’appelle Ann. Si Ann peut venir ici et rencontrer sa fille, rencontrer Christina, ce serait formidable.”

“Elle est douce. Comme lorsqu’elle était jeune, lorsqu’elle était bébé et qu’elle était douce.”

“Dites-lui combien vous appréciez qu’elle soit venue, combien vous êtes heureuse de la voir.”

“Contente que tu sois là, Maman, pour nous occuper de nous, pour te pencher sur moi comme si j’étais une.”

Je lui dis de toucher ses lèvres. “Bénis ses lèvres. Dites-lui qu’elles sont superbes, qu’elles ne doivent pas être abîmées par la colère, le ressentiment ou la douleur.”

Christina se rappelle du rire et du sens de l’humour de sa mère. Christina sent un baiser de sa mère.

“C’est la première fois, Maman, que tu m’as embrassé comme ça.”

J’ai remercié l’ange gardien de Christina et les esprits-guides d’avoir permis la rencontre.

Christina : L’expérience de la rencontre avec ma mère était tendre et touchante, mais je ne suis pas certaine de l’avoir vraiment contacté ou si j’ai visualisé une rencontre affectueuse entre nous.

J’ai invoqué l’aide angélique pour nettoyer et guérir les chakras et l’aura de Christina. Finalement, j’ai demandé à Christina de prendre conscience de son âme. Elle a décrit un être magnifique d’un profond pourpre et profond bleu, situé derrière et à l’intérieur d’elle. J’ai remercié les aides invisibles.

Résultat

Deux jours plus tard, Christina a écrit, “Je me sens plutôt différente depuis que je vous ai vu et j’ai relaté, dans un journal, toute l’expérience. J’explore, j’étudie comment mon petit être, mal nourri, en est parvenu à laisser un espace ouvert aux visiteurs non-désirés. C’est une période de ma vie délicate et importante et je vous suis très reconnaissante.”

Aujourd’hui, elle éprouve, « une sensation de force, et une réaffirmation de la confiance que j’ai toujours eu mais que j’ai temporairement perdu lors de la crise de tristesse, autrement dit, l’organisme attire l’énergie à un moment d’épuisement émotionnel – moment qui nécessite une aide spirituelle pour contenir et transformer ces énergies.  »

Références

Baldwin, W.J. (1992) Spirit Releasement Therapy – A Technique Manual ISBN 1-88-265800-0

Barlow, D., Abel, G., Blanchard, E. (1977). Gender identity change in a transsexual : an exorcism. Archives of Sexual Behavior, 6, 387-395.

Fiore, E. (1987) The Unquiet Dead ISBN 0-345-35083-9

À propos de la ’Spirit Release Foundation’.

Cette organisation bénévole est née il y a 4 ans. Elle compte 128 membres, en majorité des thérapeutes alternatifs et des praticiens médicaux agréés. La SRF offre une formation et un soutien aux nouveaux thérapeute en ’détachement d’esprit’. Nous organisons des conférences et publions une newsletter. Pour plus d’informations, voir www.spiritrelease.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article