Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médium & Guérisseur

Médium & Guérisseur

Travailler avec les Etres de Lumière pour faciliter notre guérison spirituelle et le passage vers l'ère nouvelle

Howard Menger, l'Ami des Hommes de l'Espace.

 En compagnie de George Adamski, Daniel Fry et de Truman Bethurum, Howard Menger fut l’une des figures les plus marquantes du monde des Contactés dans l’Amériques des années 50 et 60. Le livre qu’il écrivit à la fin des années 50 "From Outer Space to You"sorti en France en 1965 aux Editions Dervy sous le titre "Mes Amis les Hommes de l'Espace", contribua à médiatiser le phénomène Ovni et à susciter un engouement de la part du public mais aussi de vives polémiques quant à son authenticité.

 

  

 

 

       Version originale américaine (1959)         Version française des Editions Dervy (1965)

 

    Howard Menger fit donc l'objet d'une attention toute particulière non seulement du public mais également des Services Secrets Américains, avec lesquels il n'hésita pas à collaborer en bon patriote qu’il était. Ce qui le rendit d’ailleurs suspect aux yeux de nombreux ufologues qui soupçonnèrent une opération d’intoxication du milieu dit "soucoupiste".

 

    Cet article aura d’abord pour ambition de réhabiliter le personnage Howard Menger, longtemps dénigré par la plupart des spécialistes , puis de faire connaître les message de ces Hommes de l’espace, qui devraient en surprendre plus d’un par leur spiritualité et la modernité de certains concepts scientifiques et nutritionnistes que l’on commence seulement à réaliser en ce début du 21ème siècle.

Le fabuleux destin d’Howard Menger

 

Howard Menger

 

(Photo extraite du livre "Mes Amis les Hommes de l’Espace")

Communion avec la nature

    Howard Menger avait 8 ans en 1930 quand sa famille décida de s’installer dans la campagne de High Bridge située dans le New Jersey ( USA ). Une région d’ailleurs qui devait se distinguer dans les années 60 par une incroyable quantité de phénomènes ufologiques et paranormaux. John Keel, que les internautes peuvent retrouver dans l’article suivant :La Mystérieuse Créature du Devonshire: http://perso.wanadoo.fr/artivision/docs/mysdevonshire.html , fit de cette région la plaque tournante de son ouvrage"The Mothman Propheties"(La Prophétie des Ombres).

    Mais revenons au jeune Howard et aux lieux magnifiques qui entouraient leur maison de campagne. Une situation quasi-idyllique ( clin d’œil à Fred ) pour pouvoir mener les activités ludiques auxquelles rêvaient Howard et ses camarades. Quand il évoque dans son livre cette douce période de sa vie, les lecteurs imaginent très bien le plaisir et l’extase qu’il a dû ressentir au travers de ses tribulations dans les champs, les bois et les rivières de ce cadre bucolique.

    "Nous les enfants, nous étions enchantés de notre nouvelle maison de campagne. Les champs étaient couverts de marguerites quand nous vîmes la ferme la première fois. Derrière la maison, il y avait des arbres fruitiers, des bois et des ruisseaux qui formaient un vrai paradis pour deux garçons pleins d’énergie comme nous. Mon père et ma mère travaillèrent dur pour installer notre modeste bungalow. Pendant ce temps mon frère et moi prenions plaisir à faire des longues marches à travers bois et champs. Nous jouions aux explorateurs et nos tribulations dans les jungles des bois avoisinants, tout pleins de dangers imaginaires et délicieux, nous excitaient fort… L’hiver, le paysage se transformait en champs de neige immaculés, ombrés de bleu d’acier quand, le soir, nous étions obligés de rentrer en laissant nos traîneaux, nos jeux du renard et de l’oie dans la neige, et rarement le patinage quand la surface de l’étang voisin gelait. Je ne sais pourquoi je me souviens de ces hivers à la ferme avec une émotion triste qui me serre la gorge comme lorsque, étant enfant, je pensais déjà que tous ces merveilleux moments ne pourraient pas durer. Que tôt, trop tôt, je serais un homme. Et alors même je savais qu’une fois devenu grand, des moments pareils, et de semblables sentiments d’extase ne pourraient jamais être ressentis de nouveau."

    Un petit commentaire au passage : comment ne pas être frappé par le nombre de points communs avec une autre contactée que les habitués du site Artivision: http://www.perso.wanadoo.fr/artivision/docs/indexa1.html connaissent bien ? Il s'agit en effet de Rose C dont Fred Idylle et moi-même avions déjà souligné le côté attachant de sa personnalité, toute de simplicité, de fraîcheur et de spontanéité. Autant de qualités qui firent également le charme d'Howard Menger. A l'instar d'Edgar Cayce, Rose C. et Howard Menger partageaient le même amour et la même fascination pour la nature et pour laquelle ils ressentaient le même sentiment d'harmonie et de communion. Est-ce que cela doit se traduire automatiquement par des facultés psychiques plus développées que la normale ? Peut-être pas pour tout le monde mais je n'en doute pratiquement pas en ce qui concerne Edgar, Rose et Howard.

Les premiers contacts

    Howard Menger commença très tôt, en compagnie de son jeune frère, à voir des "disques" volant dans le ciel, et ceci à plusieurs reprises, jusqu'au jour où l'un de ces objets atterrit dans la prairie où ils étaient en train de s'amuser. Un autre objet du même genre mais plus vaste planait au-dessus du précédent comme pour les observer. Finalement, à l'approche des deux enfants intrigués, les deux vaisseaux s'éloignèrent à une vitesse terrifiante dans un éclair de lumière.

    Le jeune Howard Menger continua ses escapades dans la nature, s'extasiant de la beauté de la forêt. Et puis à l'âge de 10 ans, il fit la rencontre d'une femme assise sur un rocher au bord d'un ruisseau. Pour résumer la description de Menger, c'était une jeune femme d'une beauté indicible, comparable à celle d'un ange. Elle lui révéla avec beaucoup de tendresse qu'elle le connaissait depuis très longtemps et qu'il avait une mission sur terre. Il retint quelques mots comme fréquence, vibration, développement ou lois universelles, mais ne put alors comprendre ce qu'elle voulait dire. Elle lui parla de grands changements qui allaient se produire dans le monde ainsi que des guerres dévastatrices, liées à l'incompréhension des peuples. Avant de partir, elle lui assura que d'autres Etres venant d'ailleurs viendraient lui rendre visite par la suite. Notamment une certaine Marla, qui n'était autre que la sœur de cette étrange jeune femme sur le rocher.

 

    A partir de 1942, Howard Menger fut incorporé dans l'Armée et fit effectivement de nouvelles rencontres extraordinaires. Alors qu'il se trouvait au Texas, il se trouva à l'occasion d'une permission face à un homme bronzé, aux longs chevaux blonds, qui l'invita à entrer dans le taxi afin de discuter. Mais il refusa, voulant rejoindre ses camarades pour rentrer au camp. Peu de temps après, Howard, alors qu'il se trouvait dans une base militaire, fut interpellé par ce qui semblait être un autre militaire au vu de son uniforme kaki et de sa coupe militaire réglementaire. Après un bref message télépathique émis par ce dernier, Howard se remémora subitement les propos de la jeune femme blonde au bord du ruisseau sur les nouvelles rencontres qu'il aurait été amené à effectuer. D'abord décontenancé par l'étrangeté du phénomène, l'homme lui confirma que lui et son comparse du taxi étaient bel et bien des Hommes de l'Espace.

    Il lui révéla que de nombreux Mexicains avaient été en contact avec des Visiteurs Extra-Terrestres et que son propre peuple avait aidé les Aztèques bien longtemps avant l'arrivée des Conquistadores. Ces derniers possédaient des disques d'or qui se révélaient être en fait des instruments soniques utilisés pour des lévitations.Ils devaient être syntonisés avec la longueur d'onde des gens qui les utilisaient.(Voir à ce propos l'histoire du Château de Corail 1 et 2 d' Edward Leedskalnin http://www.perso.wanadoo.fr/artivision/docs/chateaucorail1.html ).

    Mais ces merveilleux instruments furent détruits au moment de l'invasion des peuples belliqueux. L'Homme en uniforme lui confia également que l'individu dans le taxi ne venait pas en fait de la même planète que lui et qu'il avait surtout pour mission d'entrer en contact avec des descendants d'une race ancienne de sa propre planète qui vinrent sur la Terre il y a sans doute très longtemps.

    Après lui avoir révélé qu'il n'était pas le seul contacté, il annonça à Howard que la prochaine rencontre aurait lieu à Hawaï. Et effectivement, la prédiction s'avéra être exacte. Ainsi, non seulement ces Etres, qui se confondaient parmi la population sans le moindre problème, étaient télépathes mais semblaient connaître aussi bien le passé, le présent que l'avenir.

    Après de nouvelles péripéties militaires, les rencontres avec d'autres Etres de l'Espace, principalement des Vénusiens ou des Martiens, continuèrent de plus belle, apportant leur nouveau lot de révélations spirituelles et de prédictions comme l'explosion atomique d'Hiroshima.

Le retour aux sources

    De retour aux USA, à la fin du conflit, Howard alla s'installer avec sa femme et son enfant dans le New Jersey avec l'ambition de créer son entreprise de peinture. Un beau jour, pris de nostalgie, il revint dans le bois magique de son enfance, là où il fit sa première rencontre si marquante avec la jeune femme sur le rocher. Alors qu'Howard était probablement perdu dans ses pensées, un vaisseau toujours en forme de disque semblant surgir de nulle part, fit son apparition pour atterrir dans la clairière. Et comme par enchantement, la jeune femme était là, cette fois en compagnie de deux autres compagnons également de type nordique. A sa grande stupéfaction, malgré les 14 ans qui s'étaient écoulés depuis ce jour mémorable, celle qu'il avait comparé à un ange ou une fée, n'avait strictement pas changé et paraissait toujours avoir 25 ans. Avec un petit air taquin, elle lui confia qu'elle était Vénusienne et âgée de plus de 500 ans ! Et d'ajouter que dans les temps anciens, certains hommes vécurent des centaines d'années sur cette planète, quand l'atmosphère était similaire à celle de Vénus. Ce n'était pas seulement l'atmosphère de vénus, s'empressa-t-elle de dire, mais la façon de vivre des gens de son peuple, leur façon de penser et de se nourrir qui était la cause d'une telle longévité ! "Quand nous vivons selon les lois de notre Créateur, nous sommes bénis par le don de longévité. Mais ce n'est pas le plus important. Ce n'est qu'un des moindres de nos bonheurs".

    Howard se vit confirmer que son instruction continuerait par le biais de nouvelles rencontres et, qu'à son tour, il aurait pour mission de diffuser "les lois de la Sagesse Universelle", afin de sauver la race humaine d'elle-même. Mais elle lui recommanda avec une certaine solennité d'attendre l'été 1957.

Le tournant de l'année 1956

    A partir de 1956, Howard Menger obtint l'autorisation de prendre des photos des vaisseaux et de les montrer à ses proches, tout en sachant que l'impact serait limité en raison de leur mauvaise qualité provoquée par le rayonnement des vaisseaux. Ces Etres tenaient aussi apparemment à ne pas provoquer de gros chocs psychologiques et que, de toutes façons, le processus visant à nous convaincre de leur présence sur Terre se ferait lentement. Howard avait également leur accord pour faire venir quelques témoins de son choix. Signalons au passage que le livre « Mes Amis les Hommes de l'Espace » reprend de nombreuses photos de ces vaisseaux, dont certains ressemblent étonnamment au modèle Vénusien popularisé par le non moins controversé George Adamski.

 

 

Modèle Vénusien avec son occupant au premier plan

 

Une aura ou un champ de force semble émaner du vaisseau. (Source livre)

 

 

Modèle Vénusien

 

    Quant aux petits disques au diamètre inférieur à un mètre qu'il remarquait de temps à autre, on lui expliqua qu'ils servaient à les informer de toutes les émotions, des pensées, des intentions possibles et même des vies antérieures des personnes observées . Tout en prenant soin de préciser que leur appareil n'était pas infaillible sur la prévision de tel comportement à cause du libre-arbitre de l'Etre Humain.

 

 

Astronef photographié de nuit ( Source livre )

 

    1956 fut également l'année des premiers voyages à l'intérieur des vaisseaux où les technologies employées n'avaient évidemment aucune comparaison avec les nôtres. A ce sujet, les Etres de l'Espace confièrent à Howard que nos scientifiques n'étaient pas très loin de percer le secret de la téléportation (NB : Etait-ce une allusion à la célèbre expérience de Philadelphie de 1943, qui consistait à rendre invisible des écrans radar un navire de guerre ? L'expérience tourna au désastre : le navire et l'équipage lui-même disparurent totalement pour réapparaître peu de temps après avec de terribles conséquences physiologiques et psychologiques pour les membres de l'équipage. L'affaire fut rapidement classifiée au plus haut niveau de sécurité ?

    Vinrent ensuite les rencontres en présence de témoins et les premières émissions de radio ou de télévision qui renforcèrent considérablement la notoriété d'Howard Menger à travers le pays. Il ne devait pas se contenter de rencontrer des Vénusiens ou des Martiens. D'autres Etres en effet en provenance de Saturne ou du moins d'après ce qu'ils prétendaient, participèrent aussi à l'instruction d'Howard. C'est ainsi grâce à un Saturnien qu'il put apprendre à jouer du piano, à sa grande surprise, le temps d'une leçon. Une composition spéciale fut d'ailleurs produite en disque sous le titre "MUSIC FROM ANOTHER PLANET (Musique d'une autre planète)". Il doit être possible d'en écouter un extrait sur Internet en disposant d'un bon moteur de recherche.

    L'anecdote des "pommes de terre lunaires" mérite également d'être citée : on remit en effet à Howard des pommes de terre qui avaient poussé sur la lune. Après analyse, on constata que le taux de protéines était anormalement plus élevé qu'à l'accoutumée. D'autres analyses furent effectuées, dont l'une concernait la datation, mais là, les résultats ne sortirent plus du laboratoire.

    L'apprentissage des différentes langues de notre planète ne présentait aucun problème grâce à ce que ces Etres appelaient un "convertisseur transformateur linguistique". Celui qui voulait apprendre une nouvelle langue se munissait d'électrodes sur la tête reliée à un instrument et n'avait qu'à s'asseoir sur un siège devant un écran. Notons que dans le film "Matrix" réalisé en 1999 par les frères Wachowski, les « résistants » disposaient d'une machine analogue qui leur permettaient de maîtriser n'importe quelle discipline en l'espace de quelques secondes. C'est grâce à ce magnifique joujou que le héros Néo put par exemple passer maître dans l'art du Jiu-Jitsu.
La machine à visualiser les pensées

 

    Une autre technologie montrée à Howard Menger permettait de convertir les impulsions cérébrales d'abord en sons ensuite en énergie lumineuse afin de visualiser ses propres pensées. Une méthode qui semble correspondre à celle du PèreErnesti Pellegrino qui revient curieusement à l'actualité en cette année 2002 avec la sortie du livre du Père Brune intitulé "Le nouveau mystère du Vatican" aux Éditions Albin Michel. Fred Idylle a par ailleurs consacré un article à ce sujet : ( http://perso.wanadoo.fr/artivision/docs/pellegrino72.html ) ainsi que le site Quanthomme :( http://membres.lycos.fr/quanthomme/)

    Comme cette affaire est extrêmement intéressante, nous allons nous permettre d'abandonner provisoirement Howard Menger pour développer celle-ci. Dans une interview donnée à la revue italienne
"La Domenica Del Corriera" en 1972, disponible sur le site
Quanthomme, voici ce que disait le Père Ernetti Pellegrino :

     "Nous sommes parvenus avec l'aide de la science et de la technique, à réaliser une chose dont les pythFONT>agoriciens avaient eu déjà l'intuition, ainsi que les émules d'Aristote car, depuis déjà le lointain IVème siècle avant le Christ, ils avaient compris que, par le fait de la désagrégation des sons, l'on pouvait parvenir à la reconstitution des images ; mais en ces temps-là, il leur manquait les moyens pour pouvoir y arriver. (…) L'histoire de notre découverte remonte à 1956 (NB : Tiens, tiens ! Rappelez-vous, Howard Menger eut la même révélation en 1956. Y aurait-il eu une inspiration quelque peu provoquée ?).

    A cette époque-là, j'ai commencé mes premières études sur "l'oscillation électronique appliquée à la musique. (NB : Retenez également le terme oscillation électronique)(...) J'ai le privilège d'avoir formulé l'idée, en ce qui concerne l'élaboration, qui est basée sur un principe de physique, accepté par tous les savants, selon lequel les ondes sonores et visuelles, une fois émises, ne se détruisent pas (...) mais, par contre, sont transformées et restent éternelles et omniprésentes ; donc il est possible de les reconstituer en tant qu'énergie puisqu'elles ne sont que cela, du reste. (...)

    Chaque onde sonore est énergie et provient d'une source émettrice, quelle qu'elle soit, en tant que voix directe bien reproduite. Cette onde sonore se divise en sons harmoniques, ultrasons, hypersons, hyposons, etc...; elle n'est donc pas détruite, mais seulement assujettie aux mêmes conditions de la désagrégation de la matière selon la théorie atomique.(...) Il ne s'agit que d'une question scientifique, basée sur le principe que les ondes sonores sont de l'énergie et, grâce à cela, elles peuvent se "capter" et donc se reconstituer.

    L'onde visuelle aussi, comme l'onde sonore, est énergie et comme chaque élément matériel est formé de lumière et se dissout en lumière. De cela, on peut en déduire, et c'est scientifiquement confirmé, que l'énergie est seulement "lumière" qui forme les divers éléments que nous appelons matière et, d'autre part, si la lumière est l'élément primordial qui forme toutes les autres énergies contenues dans la matière, cela veut dire que, puisque les autres énergies sont éternelles et peuvent être reconstituées, il est d'autant plus possible de reconstituer l'onde visuelle qui est la plus importante de toutes les énergies. (...)

    L'outillage est composé d'une série d'antennes devant permettre la syntonisation, particulièrement des voix et des images. L'on sait que chaque être humain, dès sa naissance et jusqu'à sa mort, laisse derrière soi un double sillon : l'un sonore, l'autre visuel, une espèce de carte d'identité différente pour chaque personne. Et c'est selon cette carte d'identité que l'on peut reconstituer sa personnalité et tous ses faits et gestes, en actes et en paroles ; voilà le motif grâce auquel l'on se trouve aujourd'hui, en mesure de pouvoir revoir et réentendre les plus grands personnages de l'Histoire. (...)

    Cette machine peut provoquer une tragédie universelle!.. Parce qu'elle supprime la liberté de parole, d'action et de pensée. En fait, la pensée, aussi, est une émission d'énergie, donc elle est captable. L'on pourra, avec l'aide de cette machine, savoir tout ce que l'adversaire ou le voisin pensent. Alors il n'y aurait que deux conséquences : ou un massacre de l'Humanité entre elle, ou bien l'on assisterait à la naissance d'une nouvelle morale, plus élevée. Voilà pourquoi il devient indispensable que de tels appareils ne soient pas mis à la portée de tout le monde, mais qu'ils puissent rester sous le contrôle direct des Autorités. Jusqu'à quand l'Homme aura appris à agir bien, rien que pour le Bien ! »

    La deuxième source intéressante provient d'un livre écrit par Guy Tarade et intitulé "Soucoupes Volantes et civilisations d'outre-espace" ( Ed J'ai Lu-1969 ) Pages 138 à 140:

     "Il y a plus de quarante ans, en Août 1924, la planète Mars s'approchait de la Terre. La marine américaine voulut profiter de ce qu'elle allait passer à 60 millions de km de la Terre " seulement " pour capter des signaux éventuels, si tant était que Mars pût émettre des signaux. Mais pour le cas où l'expérience échouerait, les observateurs de la Marine avaient tenu à rester dans l'ombre. Ils finançaient l'opération, fournissaient le matériel et la main d'oeuvre technique nécessaire, mais c'était quelqu'un d'autre qui devait endosser la responsabilité officielle de l'entreprise. Le Dr David Todd fut ce responsable.

    Le gouvernement ordonna à tous les émetteurs radio des Etats-Unis de garder le silence pendant toute la durée de l'expérience. A l'intérieur d'une radio-caméra Jenkins , une bande de papier sensible passait devant des points lumineux oscillants. Chaque signal radio capté était converti en un rayon lumineux qui s'enregistrait sur le "film". Le matériel d'enregistrement mesurait environ 9 mètres de long et 0,15 m de large. D'autres pays coopérèrent à l'expérience. Le 28 août 1924, la presse annonçait : " Le film a montré, noir sur blanc, d'une part un alignement continu de signaux, d'autre part à des intervalles régulièrement espacés, des signaux présentant en groupes et curieusement embrouillés des formes ressemblant à des visages humains cruellement décharnés..."les savants qui examinèrent cet étonnant document furent ahuris par l'étrange tournure que prenaient les événements. L'inventeur de la radio-caméra, Jenkins ne comprenait absolument rien à ces signaux bizarres et aux caricatures d'apocalypse qui étaient venus s'inscrire sur la bande sensible. On classa la pellicule maudite et on l'oublia complètement. »

Vous conviendrez que ces récits comportent d'étonnantes similitudes avec la technologie montrée à Howard Menger.

Tentatives de construction d'un moteur à énergie libre

 

     Par la suite, et très probablement sous la direction télépathique de ses amis, Howard se mit à développer lui-même des prototypes de moteur à énergie libre dont le principe reposait apparemment sur l'utilisation de certaines forces magnétiques. Voici ci-dessous une photo d'Howard Menger présentant son invention. D'autres photos de la même invention figurent également dans le livre « Mes Amis les Hommes de l'Espace ».

 

 

source internet

 

     On aurait pu croire que les prouesses technologiques devaient forcément correspondre à l'avancée spirituelle de ces Visiteurs Extra-Terrestres. Hélas, Howard Menger dut se rendre à l'évidence qu'il n'en était rien. D'après les déclarations de ses amis, certains de ces Etres étaient animés d'intentions particulièrement malveillantes.

     « Il y a sur cette planète un très puissant groupe de gens extrêmement savant en technologie, en psychologie, et , ce qui est le pire de tout, en télé-influence Ils dirigent des gens qui occupent des postes importants dans les gouvernements. Ce groupe est Anti-Dieu, et on pourrait dire qu'il est l'instrument de votre mythique Démon. (…) Ils manient non seulement des gens de cette planète mais aussi bien des gens de Mars. Et aussi … d'autres gens de votre propre planète, des gens dont vous n'avez jamais entendu parler. Des gens qui jusqu'à maintenant n'ont été ni observés, ni découverts. Une sorte de peuple souterrain. Ce groupe a infiltré des organisations religieuses pour duper vos populations avec une conception fausse de la vérité qui avait déjà circonvenu votre planète il y a des milliers d'années. Ils se servent de la crédulité et de la foi d'une masse de gens pour atteindre leurs propres fins.»

     Howard comprit alors que lui-même n'échapperait pas aux attaques de la Conspiration et à ses désagréments.
Les voyages inter-planétaires

 

    Lors d'un voyage sur la Lune, Howard remarqua la présence d'astronefs posés à proximité des cratères ainsi que la présence de constructions en forme de dôme. Il prit quelques photos de la lune dont une, celle-ci ci-dessous, montrait un bout de hublot (dans le coin supérieur gauche )

 

 

La Lune photographiée de près. En haut, à gauche, le hublot de l'astronef ( source livre )

 

    Ouvrons ici une parenthèse très importante dans cette affaire: Il est à noter en effet à propos de cette photo vraiment étonnante de la Lune avec le bord de hublot dans le coin supérieur gauche qu'elle est censée avoir été prise dans le courant du mois d'août 1956. Or, comme me l'a fait judicieusement remarquer l'ami Fred Idylle, la première incursion dans l'espace remonte au 4 octobre 1957 avec le lancement du satellite soviétique Spoutnik I. Les américains voulant prendre leur revanche en touchant la Lune avant les soviétiques lancèrent vers cette dernière une série de sondes. Fred nous dit aussi que, dans le petit ouvrage de poche intitulé "la Saga de L'espace" publié chez Gallimard en Octobre 86, on découvre les précieux renseignements suivants :" "Les deux premières tentatives, d'Août et de Septembre 1958 furent des échecs. La troisième, le 8 novembre 1958, voit Pioneer 1 s'élever à 113000 km d'altitude (loin encore des 384 000 Km de moyenne qui nous s'éparent de notre satellite);la suivante, le 6 Décembre 1958 conduit à une performance moins bonne : 102 000 km d'altutitude pour Pioneer 3 enfin le succès est acquis le 3 mars 1959 avec Pioneer-4 qui passe à 60 000 km de la Lune. Mais les soviétiques ont fait beaucoup mieux entre temps: Le 2 janvier 1959, ils ont lancé leur sonde Luna-1 (alors surnommé Lunik) qui est passé dix fois plus près de la Lune (à 6500 km seulement), quoiqu'elle soit beaucoup plus lourde: 361 kg, contre 5,9 kg seulement pour Pioneer 4...

    En outre l'exploit de Luna-1 n'est qu'un prélude. Le 12 Septembre 1959, Luna-2 prend à son tour la route de la Lune sur laquelle elle s'écrase deux jours plus tard, dans la Mer de la Sérénité. Pour la première fois, un objet construit par l'homme a atteint un autre corps céleste. La performance de Luna-3 lancé le 4 octobre 1959 est encore plus remarquable: passant derrière la Lune, elle obtient les premières photographies de la mystérieuse face cachée."

     Les détails chronologiques ci-dessous sont suffisamment éloquents pour que nous puissions imaginer que, quand bien même l'étrange photo d'H. Menger aurait été obtenue juste au moment de la publication du livre en Anglais, c'est-à-dire 1959 (Le mois de publication est donc très important, vis à vis du seul Luna-2, qui aurait pu filmer le sol lunaire avant de s'y écraser. Mais des recheches supplémentaires ont démontré que Luna 2, n'avait aucun appareil photographique à bord, ce qui résoud tout de suite le problème), d'une part, il ne semble pas que les sondes spatiales citées aient eu un pouvoir de résolution suffisant pour capter les détails minimes de la Lune apparaissant sur la photo ci-dessus, et d'autre part peut-on aussi penser que n'importe quel quidam puisse à l'époque disposer d'une photo, représentant le sol lunaire, d'une telle qualité, jamais vue ailleurs, que lui aurait remise la NASA ou les Soviétiques ? Aux spécialistes de répondre... Si aucun éclaircissement ne pouvait nous être donné à ce sujet, alors, cette seule photo constituerait, en elle-même, un élément pour le moins sérieux, de la véracité des propos d'Howard Menger.

    Ce voyage offrit à Howard Menger l'opportunité de rencontrer un Etre encore plus impressionnant que les précédents, par son rayonnement physique et intellectuel, comme si l'apparence allait de pair avec la maturité spirituelle. Ce dernier fit part à Howard d'un certain nombre de révélations qui devaient le bouleverser à tout jamais. Certaines d'entre elles, extraordinaires par leur acuité sur le plan des connaissances et de la sagesse seront reprises dans la deuxième partie consacrée aux révélations ( entre les pages 204 et 210 pour retrouver les révélations de ce « Maître » ).

    Le 1er septembre 1956, les Hommes de l'espace emmenèrent Howard sur la planète Vénus qui, bizarrement, ressemblait plus au Paradis qu'à la description infernale généralement avancée par les scientifiques ( + de 400 ° C., nuages d'acide sulfurique, etc…). Il vit par une fenêtre du vaisseau de magnifiques édifices en forme de dômes au milieu de forêts et de vastes étendues d'eau. Les véhicules circulaient sans roues et flottaient au-dessus du sol.

    Le voyage suivant concernait à nouveau la Lune mais impliquait cette fois, et contrairement aux précédents souvent limités à quelques heures au grand maximum, une durée de 10 jours, le temps, lui expliqua-t-on, de faire subir au corps, un changement de polarité et de fréquence vibratoire.

    En regardant par le hublot, Howard ne comprenait pas pourquoi le soleil avait l'apparence d'une boule rouge et surtout le fait qu'il ne brillait pas (Voir à ce sujet l'étrange article de Fred IDYLLE : http://www.perso.wanadoo.fr/artivision/docs/Byrdalice.html .)

    Autre curiosité, la Lune semblait comporter quelques nuages et donc une atmosphère ! Se pouvait-il que l'explication d'une telle perception se trouve en fait dans la constitution du verre du hublot, faisant modifier les apparences ? Ou alors, les perceptions visuelles d'Howard se trouvaient-elles modifiées à cause du changement de fréquence vibratoire ? Il reste enfin une dernière solution : celle toute bête de la désinformation des astronomes de la NASA qui se refusent à nous livrer l'exacte réalité du corps lunaire. Je penche personnellement pour la deuxième hypothèse, tout en sachant que je me trouve peut-être loin de la vérité.

    Une fois posé sur le sol lunaire comparable au désert terrestre, Howard Menger fut étonné en regardant le ciel d'y voir une couleur jaunâtre. Et il n'était pas encore au bout de ses surprises ! En effet, il constata que, suivant les endroits, il pouvait respirer l'air sans difficultés ou presque. Cette déclaration rendit sceptique de nombreux ufologues au point que certains, parmi les plus fervents supporters de Menger, envisagèrent plutôt l'hypothèse de la visite d'une autre planète voire d'un autre satellite au sein du système solaire ou d'ailleurs même. Or, à la lumière des plus récents compte-rendus scientifiques, on serait aujourd'hui d'accord pour admettre la présence d'une atmosphère lunaire. Comme quoi, ce qui paraissait encore complètement absurde et incongru il y a une trentaine d'années, ne l'est peut-être plus aujourd'hui.

 

 

Cette photo prise sur la Lune montre un astronef atterrissant à côté d'une construction en forme de dôme.Source livre

 

    Howard savait déjà dans le vaisseau qu'il n'était pas le seul invité Terrien. Il rejoignit un groupe de personnes parmi d'autres et commença la visite d'une sorte d'exposition interplanètaire où chaque Civilisation Extra-Terrestre avait apporté sa contribution artistique et technologique. L'une d'elles montrait par exemple le nettoyage de vêtements par le recours d'une machine exploitant des ondes de haute-fréquence.

    Le séjour sembla passer très vite pour Howard Menger mais il y a toutefois un point qu'il ne précise pas : les 15 jours du voyage correspondaient-ils à 15 jours terrestres ? Plus d'une fois en effet, il avait l'impression que le temps en compagnie de ses amis de l'espace ne s'écoulait pas de la même manière que sur la Terre. Un détail physiologique lui mit en quelque sorte la puce à l'oreille : il s'étonna en effet que sa barbe n'avait pas poussé d'un poil tout au long du voyage. Cela dit, il avait déjà remarqué que la pilosité revenait même pour les Etres de l'Espace, quand ces derniers se trouvaient sur Terre en mission prolongée parmi nous. Cette anecdote physiologique était-elle liée à certaines particularités de notre planète ? Notre atmosphère ? Notre alimentation ? Notre fréquence vibratoire ?

La rencontre avec Connie/Marla

    Un jour, alors que son ami, Georges Van Tassel, un autre contacté Californien, faisait une conférence, Howard remarqua dans l'auditoire une jeune femme et reconnut immédiatement en elle Marla, la sœur de la jeune femme sur le rocher rencontrée 24 ans plus tôt. Cet événement lui débloqua la mémoire : il se souvint qu'il était un instructeur spirituel Saturnien nommé Sol da Naro et elle une Vénusienne d'une beauté digne d'une princesse de conte de fées.

 

 

Connie Menger dite Marla ( Source livre )

 

    Howard Menger se sépara de sa femme et de ses enfants pour commencer une relation amoureuse avec celle qui deviendra Mme Connie Menger. Howard consacra d'ailleurs un chapitre fort intéressant dans son livre sur le choix et le développement des couples ( Voir la partie Révélations sur le couple ). Quant à Connie, elle racontera leur histoire en 1958 dans un livre intitulé « My Love Saturnian » qu'il est inutile je pense de traduire.

    Leur célébrité allait malheureusement provoquer bon nombre de désagréments. De plus en plus de curieux à la limite du fanatisme vinrent harceler le couple Menger en campant littéralement devant leur maison du New Jersey. De plus, le gouvernement US avait assigné Howard à communiquer à titre exclusif certaines informations sensibles des Visiteurs.

    En 1965, lors d'une nouvelle émission à la télévision, Howard Menger déclara que ses expériences, notamment celle de High Bridge où plusieurs témoins assistèrent aux évolutions d'un Ovni, répondaient en fait à une manœuvre d'intoxication menée par le Gouvernement pour tester les réactions psychologiques des personnes présentes. De nombreuses personnes proches d'Howard remarquèrent son attitude inhabituelle, en proie manifestement à une certaine inquiétude. Au point qu'ils se demandèrent s'il n'avait pas cédé aux pressions de certains services secrets.

    Fatigué finalement de toutes ces sollicitations, Howard et Connie déménagèrent en Floride et se retirèrent du milieu soucoupiste pour vivre et élever leurs enfants dans la tranquillité et la sérénité. Jusqu'en 1991 où ils sortirent du silence avec la publication d'un nouveau livre écrit conjointement "The High Bridge Incident" ( non édité en France ) avec pour commentaire "L'histoire derrière l'histoire". Ils écrivirent dans la foulée un nouveau livre "Threads of Light to You" pour lequel nous ne disposons guère de renseignements.Ils se mirent ensuite à voyager dans le monde entier pour parler de leurs fantastiques expériences. Howard, d'après certaines sources récentes, n'aurait pas renoncé à poursuivre dans son atelier ses travaux sur la mise au point d'un moteur à énergie libre, dans le but (utopique ?) de construire son propre vaisseau.

 

 

Howard et Connie Menger (Source livre )


 

 
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article