Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Médium & Guérisseur

Médium & Guérisseur

Travailler avec les Etres de Lumière pour faciliter notre guérison spirituelle et le passage vers l'ère nouvelle. Contenus et articles sur la guérison spirituelle dans une vision chrétienne, spirite chrétienne, mystique, intégrant une approche sur la réincarnation et les phénomènes extraterrestres.

La vie de Sainte Thérèse de Lisieux

Livret - Sainte Thérèse de Lisieux

Histoire d'une Ame - Sainte Thérèse de Lisieux

Vie de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus

1. Enfance et vocation
Sainte Thérèse est née à Alençon en 1873. Elle était la dernière de cinq filles d’une famille très chrétienne. À l’âge de 4 ans, elle perd sa mère, et son père, s’installe à Lisieux pour se rapprocher d’une partie de la famille. Elle choisit sa soeur Pauline comme seconde maman et elle est très éprouvée à 9 ans lorsque Pauline entre au Carmel. Thérèse tombe gravement malade. Elle est espiègle, volontaire et entêtée, mais en 1884, lors de sa première communion, elle se donne à Dieu pour toujours. La nuit de Noël 1886 elle retrouve le joyeux équilibre de son enfance. En 1887, elle obtient par son intercession la conversion d’un condamné à mort, Pranzini. Elle décide d’entrer au couvent des carmélites "pour sauver des âmes". Avec son père elle va à Rome se jeter aux pieds du pape et finalement en 1888 elle obtient de l’évêque d’y entrer à 15 ans.

2. Vie au Carmel (1888-1897)
Elle choisit le nom de " Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face ". Elle découvre la "petite voie d’enfance". À la demande de sa supérieure mère Agnès, elle écrit une petite autobiographie spirituelle qui sera publiée après sa mort sous le titre Histoire d’une âme. En 1894 un Père blanc missionnaire est confié à ses prières. En 1895, elle fait son acte d’offrande à l’Amour miséricordieux. En1896, on lui confie la formation des novices.

3. Mort à 24 ans
Thérèse est atteinte par la tuberculose et elle entre dans une longue épreuve, la douloureuse nuit de la foi, la nuit spirituelle, la dernière année de sa vie. Cette épreuve a duré jusqu’à sa mort. Elle ne peut plus prier : « Je ne Lui dis rien, je L’aime ». Avant sa mort, elle à déclaré qu’elle passerait son ciel à faire du bien sur la terre et qu’elle ferait tomber "une pluie de rose". « Je ne meurs pas, j’entre dans la vie. » a-t-elle dit aussi.

- La mort de sainte Thérèse a eu lieu le 30 septembre 1897 à l’âge de 24 ans. L’enterrement de sainte Thérèse a lieu au cimetière de Lisieux. Son corps sera exhumé du cimetière de Lisieux et finalement transféré en 1923 à la chapelle du carmel. Il repose dans une châsse. Il existe cependant encore une tombe de sainte Thérèse au cimetière de Lisieux

Spiritualité de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus

1. Doctrine spirituelle "La petite voie d’enfance"

La vie de sainte Thérèse de Lisieux est la source de sa doctrine. Sa spiritualité est caractérisée par "La Petite voie d’enfance", appelée également "Voie d’enfance spirituelle". Elle est marquée par la simplicité et l’humilité. La petite voie de sainte Thérèse est une voie réservée aux petites âmes, comme elle le dit elle-même. C’est une voie de confiance et d’abandon à la volonté de Dieu et à son amour miséricordieux. Elle est fondée sur l’esprit d’enfance. C’est une voie toute simple qui ouvre le coeur à l’initiative divine. Elle consiste aussi à s’appliquer aux petites choses par amour. La petite voie de sainte de sainte Thérèse est un chemin de sainteté proposé à chacun là où il en est : l’amour qui peut être vécu en plénitude dans le cadre d’une vie ordinaire,

La vie de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus nous montre que l’on peut être missionnaire dans sa prière, par l’intercession et que la prière contemplative est accessible à tous. C’est à cause de sa doctrine spirituelle, qu’elle a été proclamée " Docteur de l’Église "

2. Spiritualité de sainte Thérèse - L’histoire d’une âme

La spiritualité de sainte Thérèse de Lisieux est exprimée dans l’histoire d’une âme. Thérèse de L’Enfant Jésus a écrit l’histoire d’une âme. Ses écrits spirituels ont été publiés par les religieuses un an après sa mort en 1898, sous le titre "Histoire d’une âme". Ce texte raconte la vie de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. C’est elle même, à la demande de sa supérieure, qui fait le récit de sa vie. Elle avait donné pour titre à son manuscrit "Histoire printanière d’une petite fleur blanche". Comme elle le pressentait, c’est à l’expérience vécue de la tendresse de Dieu qu’est convié chaque lecteur de l’histoire d’une âme.

Rayonnement, canonisation, fête

1. Rayonnement de sainte Thérèse de Lisieux après sa mort

Le Rayonnement de sainte Thérèse de Lisieux a été considérable. En quelques années des millions d’exemplaires de L’histoire d’une âme ont été traduits en 35 langues et actuellement en plus de 50 langues. Le livre a eu beaucoup d’influence dans l’Église. Très vite, les lecteurs de l’histoire d’une âme viennent en pèlerinage sur sa tombe. Dès son décès, les miracles commencent à se répandre.

2. Canonisation de sainte Thérèse de Lisieux

La canonisation de sainte Thérèse de Lisieux a été faite par Pie XI en 1925. La cause de béatification avait été introduite en 1914 par Pie X. Elle a été béatifiée en 1923, et proclamée patronne des missions en 1927. Pie XII en a fait la patronne secondaire de la France en 1944. Jean-Paul II l’a proclamée Docteur de l’Église en 1997 consacrant ainsi la spiritualité et la vie de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. Elle a été appelée par Pie X : " la plus grande sainte des temps modernes". Une basilique a été construite à Lisieux dans le style du Sacré-Cœur de Montmartre. Sa construction a commencé en 1929 sous le Pape Pie XI.

3. Fête de sainte Thérèse de Lisieux

Date de la fête

La date de la fête de sainte Thérèse de Lisieux est le 1er octobre et commence le 30 septembre. La date de la fête de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus a été fixée en lien avec la date de sa mort le 30 septembre 1897. En certains lieux, la célébration de la fête s’étend sur deux jours.

Célébration de la fête

La célébration de la fête de sainte Thérèse de Lisieux est particulièrement faite dans les nombreuses églises qui lui sont consacrées : à Nantes, Rennes, Poitiers, Boulogne-Billancourt, Chatou, Belfort, Metz, Mulhouse, Villeurbanne, Annecy, Toulon, Toulouse ...À l’occasion de la fête, les religieuses Carmélites proposent des prières à sainte Thérèse et des conférences pour découvrir son message.

Prières à sainte Thérèse de Lisieux

1. Dévotion et prières à sainte Thérèse

Cette sainte suscite, depuis sa canonisation, une grande dévotion populaire. Parmi les saints, c’est celle après la Sainte Vierge, au moins en France, qui est la plus priée. Bien des gens sont marqués par sa parole : je passerai mon ciel à faire du bien sur la terre et je ferai tomber "une pluie de rose". Sa vie touche les cœurs. Nombreux disent des prières à sainte Thérèse de Lisieux quand ils ont un problème.

Dans bien des églises, il y a une image de la sainte vénérée à proximité de la statue de la Sainte Vierge. Devant cette image certains posent un petit lampion et font des prières à sainte Thérèse de Lisieux. Ils mettent une image avec un portrait de la sainte dans leur livre de prières. Nombreux sont ceux qui vont aussi en pèlerinage à Lisieux pour lui adresser leurs prières. Beaucoup de diocèses en France depuis 1994 ont accueilli et vénéré ses reliques. À l’occasion du passage des reliques, les diocèses animent un temps de prières à sainte Thérèse.

Elle est la plus connue des saintes françaises à l’étranger. Dans le monde ses reliques ont parcouru 34 pays. Le Brésil lui voue une grande dévotion et il a fait venir les reliques qui ont suscité une grande ferveur. Les reliques ont circulé plusieurs fois en Italie.

2. Exemples de prières

Poésie n° 17. VIvre d’amour

Au soir d’Amour, parlant sans parabole
Jésus disait : "Si quelqu’un veut m’aimer
Toute sa vie qu’il garde ma Parole
Mon Père et moi viendrons le visiter.
Et de son cœur faisant notre demeure
Venant à lui, nous l’aimerons toujours !…
Rempli de paix, nous voulons qu’il demeure
En notre Amour !…"

Vivre d’Amour, c’est te garder Toi-Même
Verbe incréé, Parole de mon Dieu,
Ah ! tu le sais, Divin Jésus, je t’aime
L’Esprit d’Amour m’embrase de son feu
C’est en t’aimant que j’attire le Père
Mon faible cœur le garde sans retour.
Ô Trinité ! vous êtes Prisonnière
De mon Amour !…

Vivre d’Amour, c’est vivre de ta vie,
Roi glorieux, délice des élus.
Tu vis pour moi, caché dans une hostie
Je veux pour toi me cacher, ô Jésus !
A des amants, il faut la solitude
Un cœur à cœur qui dure nuit et jour
Ton seul regard fait ma béatitude
Je vis d’Amour !…

Vivre d’Amour, ce n’est pas sur la terre
Fixer sa tente au sommet du Thabor.
Avec Jésus, c’est gravir le Calvaire,
C’est regarder la Croix comme un trésor !…
Au Ciel je dois vivre de jouissance
Alors l’épreuve aura fui pour toujours
Mais exilée je veux dans la souffrance
Vivre d’Amour.

Vivre d’Amour, c’est donner sans mesure
Sans réclamer de salaire ici-bas
Ah ! sans compter je donne étant bien sûre
Que lorsqu’on aime, on ne calcule pas !…
Au Cœur Divin, débordant de tendresse
J’ai tout donné… légèrement je cours
Je n’ai plus rien que ma seule richesse
Vivre d’Amour.

Vivre d’Amour, c’est bannir toute crainte
Tout souvenir des fautes du passé.
De mes péchés je ne vois nulle empreinte,
En un instant l’amour a tout brûlé…..
Flamme divine, ô très douce Fournaise !
En ton foyer je fixe mon séjour
C’est en tes feux que je chante à mon aise :
« Je vis d’Amour !… »

Vivre d’Amour, c’est garder en soi-même
Un grand trésor en un vase mortel
Mon Bien-Aimé, ma faiblesse est extrême
Ah je suis loin d’être un ange du ciel !…
Mais si je tombe à chaque heure qui passe
Me relevant tu viens à mon secours,
À chaque instant tu me donnes ta grâce
Je vis d’Amour.

Vivre d’Amour, c’est naviguer sans cesse
Semant la paix, la joie dans tous les cœurs
Pilote Aimé, la Charité me presse
Car je te vois dans les âmes mes soeurs
La Charité voilà ma seule étoile
À sa clarté je vogue sans détour
J’ai ma devise écrite sur ma voile :
« Vivre d’Amour. »

Vivre d’Amour, lorsque Jésus sommeille
C’est le repos sur les flots orageux
Oh ! ne crains pas, Seigneur, que je t’éveille
J’attends en paix le rivage des cieux…
La Foi bientôt déchirera son voile
Mon Espérance est de te voir un jour
La Charité enfle et pousse ma voile
Je vis d’Amour !…

Vivre d’Amour, c’est, ô mon Divin Maître
Te supplier de répandre tes Feux
En l’âme sainte et sacrée de ton Prêtre
Qu’il soit plus pur qu’un séraphin des cieux !…
Ah ! glorifie ton Église Immortelle
À mes soupirs, Jésus ne sois pas sourd
Moi son enfant, je m’immole pour elle
Je vis d’Amour.

Vivre d’Amour, c’est essuyer ta Face
C’est obtenir des pécheurs le pardon
Ô Dieu d’Amour ! qu’ils rentrent dans ta grâce
Et qu’à jamais ils bénissent ton Nom….
Jusqu’à mon cœur retentit le blasphème
Pour l’effacer, je veux chanter toujours :
"Ton Nom Sacré, je l’adore et je l’Aime
Je vis d’Amour !…"

Vivre d’Amour, c’est imiter Marie,
Baignant de pleurs, de parfums précieux,
Tes pieds divins, qu’elle baise ravie
Les essuyant avec ses longs cheveux…
Puis se levant, elle brise le vase
Ton Doux Visage elle embaume à son tour.
Moi, le parfum dont j’embaume ta Face
C’est mon Amour !…

« Vivre d’Amour, quelle étrange folie ! »
Me dit le monde, " Ah ! cessez de chanter,
Ne perdez pas vos parfums, votre vie,
Utilement sachez les employer !…"
T’aimer, Jésus, quelle perte féconde !…
Tous mes parfums sont à toi sans retour,
Je veux chanter en sortant de ce monde :
« Je meurs d’Amour ! »

Mourir d’Amour, c’est un bien doux martyr
Et c’est celui que je voudrais souffrir.
Ô Chérubins ! accordez votre lyre,
Car je le sens, mon exil va finir !…
Flamme d’Amour, consume-moi sans trêve
Vie d’un instant, ton fardeau m’est bien lourd !
Divin Jésus, réalise mon rêve :
Mourir d’Amour !…

Mourir d’Amour, voilà mon espérance
Quand je verrai se briser mes liens
Mon Dieu sera ma Grande Récompense
Je ne veux point posséder d’autres biens.
De son Amour je veux être embrasée
Je veux Le voir, m’unir à Lui toujours
Voilà mon Ciel… voilà ma destinée :
Vivre d’Amour !!!…

Ce texte, toujours d’actualité, est chanté encore aujour’hui par différents chanteurs comme Natacha St Pier.

DOCUMENTS, IMAGES ET VIDÉOS

1. Documents

2. Photos de sainte Thérèse

Il existe de nombreuses photos de sainte Thérèse, plusieurs de ces photos ont été prises par ses sœurs. Il y a aussi des photos de sainte Thérèse après sa mort. Photo de sainte Thérèse à 8 ans, photo de sainte Thérèse avant son entrée au couvent, photo de sainte Thérèse avec son voile de religieuse, photo de sainte Thérèse debout dans le préau, photo de sainte Thérèse disant le chapelet, photo de sainte Thérèse au carmel, photo de sainte Thérèse morte à l’infirmerie le lendemain de sa mort, photo de sainte Thérèse dans sa chasse, photo de sainte Thérèse dans une chapelle avec des cierges

Derniers entretiens Propos recueillis d’avril à septembre 1897

le 1er mai Ce n’est pas “la mort “qui viendra me chercher, c’est le bon Dieu. La mort, ce n’est pas le fantôme, un spectre horrible comme on la représente sur les images. Il est dit dans le catéchisme que « la mort, c’est la séparation de l’âme et du corps », ce n’est que cela !

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 7 mai Je tousse ! Je tousse ! Ça fait comme la locomotive d’un chemin de fer quand elle arrive à la gare. J’arrive aussi à une gare, c’est celle du Ciel et je l’annonce !

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 20 mai Je lui montrais sa photographie… Oui, mais… c’est l’enveloppe ; quand est-ce qu’on verra la lettre ?

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

du 21 au 26 mai Je vais bientôt mourir ; mais quand ?… Cela ne vient pas ! Je suis comme un petit enfant à qui l’on promet un gâteau : on le lui montre ; puis quand il s’approche pour le prendre, la main se retire… Mais au fond, je suis bien abandonnée pour vivre, pour mourir, pour guérir…

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

Après ma mort, il ne faudra pas m’entourer de couronnes de fleurs comme Mère Geneviève. Aux personnes qui voudraient en donner, vous direz que je préfère qu’elles mettent cet argent-là à racheter des petits nègres. C’est cela qui me ferait plaisir.

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

J’étais dans ces réflexions quand votre petit mot m’est arrivé. Vous me disiez que tout en moi vous plaisait : que j’étais chérie particulièrement du bon Dieu, qu’il ne m’avait pas fait monter comme les autres, le rude escalier de la perfection, mais qu’il m’avait mis dans un ascenseur pour que je sois plus vite rendue à lui !

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 27 mai A propos de sa mort… Je suis comme une personne qui ayant un billet de loterie, court la chance de gagner plus qu’une autre qui n’en aurait pas ; mais pourtant elle n’est pas sûre encore d’avoir un lot. Enfin, j’ai un billet, c’est ma maladie… et je puis garder bon espoir.

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 29 mai …Eh bien, il me semble qu’aujourd’hui, les petits anges m’appellent, et moi je vous dis comme la petite fille : « laissez-moi donc partir, y veulent de moi ! » Je ne les entends pas, mais je les sens.

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 4 juin - Ne vous étonnez pas si je ne vous apparais pas après ma mort et si vous ne voyez aucune chose extraordinaire comme signe de mon bonheur… - Les Anges viendront vous chercher dit Sœur Geneviève. Oh ! pourtant que nous voudrions les voir ! - Je ne crois pas que vous les verrez, mais çà ne les empêchera pas d’être là…

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 6 juin Monsieur Youf m’a dit encore : « Etes-vous résignée à mourir ? » Je lui ai répondu : « Ah ! mon Père, je trouve qu’il n’y a besoin de résignation que pour vivre. Pour mourir, c’est de la joie que j’éprouve. »

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 6 juillet Elle venait de cracher du sang. Je lui dis : vous allez donc nous quitter ? - Mais non ! Monsieur l’abbé m’a dit : « Vous aurez un grand sacrifice à faire en quittant vos sœurs… » Je lui ai répondu : « Mais, mon Père, je trouve que je ne les quitterai pas ; au contraire, je serai encore plus près d’elles après ma mort. »

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 7 juillet - Avez-vous peur de la mort, maintenant que vous la voyez de si près ? - Ah ! de moins en moins…

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 10 juillet On parlait de la mort et des contractions qui se produisent souvent à ce moment-là sur le visage. Elle reprit : « Si ça arrive, ne vous attristez pas car aussitôt après, je ne ferai plus que des sourires. »

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 28 juillet C’est dur de tant souffrir, cela doit vous empêcher toute pensée ? - Non, cela me laisse encore dire au bon Dieu que je l’aime ; je trouve que c’est suffisant.

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 1er août - …je suis abandonnée !

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 5 août « C’est donc atroce, ce que vous souffrez ? » dit notre Mère - Non, ma Mère, pas atroce, mais beaucoup, beaucoup… juste ce que je peux supporter.

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

le 30 septembre Je ne crois plus à la mort… je ne crois plus qu’à la souffrance…

Thérèse de l’Enfant Jésus Lisieux

A un moment, elle semblait avoir la bouche si desséchée que sœur Geneviève, pensant la soulager, lui mit sur les lèvres, un petit morceau de glace. Elle l’accepta en lui faisant un sourire que je n’oublierai jamais. C’était comme un suprême adieu. A 6 heures, quand l’Angélus sonna, elle regarda longuement la statue de la Sainte Vierge. Pendant ce temps si plein d'angoisse pour nous, on entendait par la fenêtre -et j'en souffrais beaucoup- tout un ramage de rouges-gorges et d'autres petits oiseaux, mais si fort, si près et si longtemps !… Je priais le bon Dieu de les faire taire : ce concert me perçait le cœur… Enfin, à 7 heures et quelques minutes, elle soupira : - Ma Mère ! N’est-ce pas encore l’agonie ?… Ne vais-je pas mourir ?… Et regardant son crucifix : - Oh ! je l’aime……………………………………… Mon Dieu… je vous aime !…………………………

Après avoir prononcé ces paroles, elle tomba doucement en arrière, la tête penchée à droite… - « Ouvrez toutes les portes » disait-elle. Cette parole avait quelque chose de solennel et me fit penser qu’au Ciel, le bon Dieu la disait aussi à ses anges. Son visage avait repris le teint de lys qu’il avait en pleine santé ; ses yeux étaient fixés en haut, brillants de paix et de joie. Elle faisait certains beaux mouvements de tête et elle rendit le dernier soupir. Après sa mort, elle conserva un céleste sourire… et le crucifix très fort serré dans ses mains.

Thérèse fut inhumée le lundi 4 octobre 1897.

Neuvaine à sainte Thérèse de Lisieux

Neuvaine à sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face

Du 23 septembre au 1er octobre - Fête de sainte Thérèse

Introduction

Marie-Françoise Thérèse Martin, en religion sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, également connue sous les appellations sainte Thérèse de Lisieux, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus ou encore la petite Thérèse, est une religieuse carmélite française née à Alençon le 2 janvier 1873 et morte à Lisieux le 30 septembre 1897.

Thérèse Martin est la cinquième et dernière fille d’une famille chrétienne où elle grandit entourée d'amour. Elle a 4 ans quand la mort de sa mère introduit une brisure dans sa vie. Le père, et la quintette de ses filles s'installent alors à Lisieux pour se rapprocher d'une partie de sa famille. 
Deuxième drame qui ébranle Thérèse enfant: sa sœur Pauline puis sa sœur Marie, qu'elle avait choisies successivement comme 'petite mère' entrent au Carmel.

La nuit de Noël, par une grâce puissante, elle retrouve le joyeux équilibre de son enfance et s'élance, dans 'une course de géant', vers le Dieu-Amour qui l'a saisie.

Non sans démarche, allant intrépidement jusqu'à Rome se jeter aux pieds du pape, elle obtient d'entrer au Carmel à quinze ans, le 9 avril 1888. 

Avec une fidélité héroïque, elle y poursuit sa route vers la sainteté. Le Seigneur lui découvre peu à peu sa 'petite voie' d'abandon et de confiance audacieuse. Le 9 juin 1895, elle s'offre à l'amour miséricordieux de Dieu. 

Durant sa longue maladie, la tuberculose, elle s'est conformée au Christ, dans le mystère de son agonie pour le salut des pécheurs qui n'ont pas la foi. Elle meurt à 24 ans, promettant de faire tomber sur la terre 'une pluie de roses' et de passer son ciel à faire du bien sur la terre. 
Quelques années plus tard, le récit de sa vie, écrit par obéissance, connaît un succès populaire époustouflant et les  témoignages de grâces obtenues par son intercession affluent au monastère, si nombreux que le Pape parle d'un 'ouragan de gloire'. 

Elle est proclamée patronne des missions de l'Eglise universelle et docteur de l'Eglise en 1997. 

Cette neuvaine sera l’occasion de découvrir la « petite voie » de l’enfance et de la confiance pour immanquablement ouvrir les écluses du cœur de notre Dieu miséricordieux.

Prières quotidiennes 

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Je crois en Dieu

Prière à l’Esprit Saint

O Saint Esprit, que ton amour immense éveille tous les cœurs meurtris par la douleur !

O Saint Esprit, que par ta volonté, les affamés de par le monde entier retrouvent le chemin de leur nourriture et qu’enfin ils puissent se rassasier de la vraie vie qui est celle que tu nous promets à tous.

O Saint Esprit, que par ta grâce, les dirigeants du monde soient un peu indulgents envers leur peuple pour qu’enfin disparaissent les haines et disputes entre les hommes.
C’est avec toi que nous arriverons à Dieu le Père tout puissant ! 

O Saint Esprit, que par cette courte prière tu penses à tous ceux qui espèrent en toi, 
Aide chacun à pouvoir accepter ta volonté, et donne à chacun la force de pouvoir valider ta volonté ! Amen

Prière à Dieu pour demander une grâce par l’intercession de sainte Thérèse

Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit, je vous remercie pour toutes les faveurs et les grâces dont vous avez enrichi votre servante Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, pendant les vingt-quatre années qu’elle a passées sur cette terre.

 Par les mérites de cette Sainte, concédez-moi la grâce qu’ardemment je désire : ............................, si elle est conforme à votre Sainte Volonté et pour le bien de mon âme.

Aidez ma foi et mon espérance, ô sainte Thérèse ! Réalisez, encore une fois, votre promesse de passer votre ciel à faire du bien sur la terre, en permettant que je reçoive une rose comme signe de la grâce que je désire obtenir. Amen.

Offrande de la journée composée par Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face

Mon Dieu, je vous offre toutes les actions que je vais faire aujourd'hui, dans les intentions et pour la gloire du Cœur Sacré de Jésus. Je veux sanctifier les battements de mon cœur, mes pensées et mes œuvres les plus simples en les unissant à ses mérites infinis, et réparer mes fautes en les jetant dans la fournaise de son amour miséricordieux.

O mon Dieu! Je vous demande pour moi et pour ceux qui me sont chers la grâce d'accomplir parfaitement votre sainte volonté, d'accepter pour votre amour les joies et les peines de cette vie passagère afin que nous soyons un jour réunis dans les Cieux pendant toute l'éternité. Amen.

Notre Père,  10 Je vous salue Marie, Gloire au Père

Premier jour de la neuvaine - Sainte Thérèse, enfant si confiante en Dieu

« On n’a jamais trop de confiance dans le Bon Dieu, si puissant et si miséricordieux... Je t’assure que le Bon Dieu est bien meilleur que tu le crois. Il se contente d’un regard, d’un soupir d’amour… »

Sainte « petite Thérèse », souvenez-vous de votre promesse de faire du bien sur la terre, répandez avec abondance votre pluie de roses sur ceux qui vous invoquent, et obtenez-nous de Dieu les grâces que nous attendons de sa bonté infinie.

O Dieu, vous avez embrasé de votre Esprit d'Amour l'âme de Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, accordez-nous de vous aimer, nous aussi, et de vous faire beaucoup aimer.

Très Sainte Trinité, me voici en votre présence, assisté de sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, par qui vous avez révélé à l'Eglise une "petite voie" de croissance spirituelle et de sainteté, accessible à tous.

Père Bien-Aimé, au nom de Jésus, je vous demande instamment la grâce d'entrer dans cette petite voie, et d'y croître sans cesse. M'appuyant sur la promesse de Votre Fils unique. Je sais que Vous exaucerez votre enfant, car "tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom, Il vous le donnera". (Jn 16,23)

J'ai conscience que cette grâce exigera de moi une véritable conversion du cœur et de l'esprit. Il faudra que désormais je me comporte réellement comme votre enfant, que je devienne tout petit devant vous, dans le total abandon et la confiance du petit enfant dans les bras de son père et de sa mère. Il faudra qu'avec toute personne, en toutes choses règne en moi la primauté de l'amour tel que l'apôtre l'a défini (1 Cor 13), ce qui signifie également que je fasse désormais "extraordinairement bien, les choses ordinaires de la vie". Tout cela est rendu possible par la vertu de l'humilité, si difficile à acquérir.

Prières quotidiennes

Deuxième jour de la neuvaine - Sainte Thérèse, étoile du pontificat du pape Pie XI

« Ma vie n’est qu’un instant, une heure passagère. Ma vie n’est qu’un seul jour qui m’échappe et qui fuit. Tu le sais, ô mon Dieu ! Pour t’aimer sur la terre Je n’ai rien qu’aujourd’hui ! Oh ! Je t’aime, Jésus ! Vers toi mon âme aspire. Pour un jour seulement reste mon doux appui. Viens régner dans mon cœur.

Oui je le sens, quand même j’aurais sur la conscience tous les péchés qui se peuvent commettre, j’irais, le cœur brisé de repentir, me jeter dans les bras de Jésus, car je sais combien Il chérit l’enfant prodigue qui revient à Lui... »  

Sainte Thérèse, intercédez pour moi auprès du Seigneur afin que sans tarder je puisse faire de réels progrès dans la petite voie que Jésus vous a révélée. Assistez-moi dans ce combat où je dois vaincre les forces du mal en moi.

Très Sainte Trinité, un seul Dieu, vous que l'apôtre Jean a osé définir en trois mots immortels: "DIEU EST AMOUR", transformez-moi de telle sorte qu'avec sainte Thérèse je puisse dire, moi aussi, « ma vocation c'est l'Amour !»

Père bien-aimé, vous m’avez créé par amour et pour l'amour, accordez-moi la grâce de cette vocation exigeante. Par moi-même je suis incapable de vivre l'amour comme l'apôtre le décrit; mais avec votre grâce, tout est possible. Je veux désormais être patient et serviable, humble, indulgent et ouvert à tous, sans rechercher mon propre intérêt, sans m'irriter, ni tenir compte du mal, mettant toute ma joie dans la vérité.

Sainte Vierge Marie, ma Mère bien-aimée, imprimez en moi votre esprit d'amour pour que je devienne, à votre image, un transparent de la Bonne Nouvelle de votre divin Fils.

Que je sois progressivement transfiguré, sur la voie d'enfance spirituelle, sur laquelle je me suis engagé sans retour. Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

Prières quotidiennes

Troisième jour de la neuvaine - Sainte Thérèse, humble, pauvre et petite 

« Au soir d’Amour, parlant sans parabole, Jésus disait : "Si quelqu’un veut m’aimer toute sa vie qu’il garde ma Parole. Mon Père et moi viendrons le visiter. Et de son cœur faisant notre demeure, venant à lui, nous l’aimerons toujours ! Rempli de paix, nous voulons qu’il demeure En notre Amour ! 

Comment lorsqu’on jette ses fautes avec une confiance toute filiale dans le brasier dévorant de l’Amour, comment ne seraient-elles pas consumées sans retour ? »

Sainte Thérèse, intercédez pour moi, afin que j’obtienne les grâces que je demande. Obtenez-moi surtout celle de vivre dans l’amour pour Dieu et ceux qui m’entourent.

Seigneur, vous qui « donnez votre grâce aux humbles » (Jc 4,6) et qui « écoutez leurs désirs » (Ps 10,17), accordez-moi, je vous en supplie, la grâce de me revêtir désormais d'humilité dans les rapports avec mon prochain (1Pi 5,5).

Je me suis engagé sur le chemin d'enfance spirituelle que vous avez révélé à sainte Thérèse de Lisieux. Or, dit-elle, pour marcher dans « la petite voie » il faut être « humble et pauvre en esprit »; elle-même en est un modèle.

C'est pour ressembler à Jésus, votre divin Fils, notre Sauveur « doux et humble de cœur», que je vous prie, Père bien-aimé, de m'accorder la grâce de l'humilité. Je sais que je m'engage sur une voie ardue, mais là comme ailleurs, seuls les premiers pas coûtent. Que mon ange gardien et sainte Thérèse me soutiennent plus particulièrement dans ces premiers pas. C'est ainsi que je serai enfin agréable à vos yeux, Père bien-aimé, car je serai alors vraiment votre petit enfant, et je pourrai goûter, dès cette vie, la plénitude de la paix et de la joie du Christ Jésus, qui vit et règne avec toi dans l'unité du Saint Esprit, pour les siècles des siècles. Amen.

Prières quotidiennes

Quatrième jour de la neuvaine - Sainte Thérèse, faible pour Dieu

« Je ne puis craindre un Dieu qui s’est fait pour moi si petit… je l’aime !… car Il n’est qu’amour et miséricorde !...

Puisse Jésus me donner toujours de comprendre que lui seul est le bonheur parfait, même quand lui-même paraît absent !... Le Christ est mon amour, il est toute ma vie. »

Sainte Thérèse, priez pour chaque personne, chaque famille, chaque pays ? Car le monde entier manque cruellement d’amour. Que l’amour de Dieu règne dans tous les cœurs.

Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant, votre Fils Jésus a pris notre chair pour nous racheter du péché. En même temps que notre Sauveur, il est notre modèle.

Père bien-aimé, en Jésus, je suis « votre enfant, pauvre, dénué de tout et perpétuellement dépendant », comme Thérèse me le rappelle. Comme elle, je veux  « rester petit enfant attendre tout de Toi comme un petit enfant attend tout de son père ». Comme elle, « je suis une toute petite âme que le Bon Dieu a comblée de grâces ».

Donnez-moi maintenant la force nécessaire pour enfin faire fructifier ces grâces, et « la conscience de ma petitesse, de mon impuissance à faire tout bien ».

Quand je serai redevenu tout petit, dans l'humilité, devant vous, je pourrai dire, avec Thérèse: « c'est si doux de se sentir faible et petit. Alors je pourrai me revêtir de votre  force, car lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort ». (2 Co. 12,10)

Prières quotidiennes

Cinquième jour de la neuvaine - Sainte Thérèse, abandonnée à Dieu

« Ma voie est toute de confiance et d’amour, je ne comprends pas les âmes qui ont peur d’un si tendre ami...
L’unique bonheur sur la terre, c’est de s’appliquer à toujours trouver délicieuse la part que Jésus nous donne...
Je ne souffre qu’un instant. C’est parce qu’on pense au passé et à l’avenir qu’on se décourage et qu’on désespère. »

Sainte Thérèse, obtenez-nous les grâces de comprendre combien tout repose en Dieu, notre vie, notre passé, présent et avenir. Tous les biens matériels et surtout spirituels. Que nous sachions consacrer à Dieu nos vies et lui faire confiance en tout et pour tout.

Avec saint Jean de la Croix, Thérèse répétait : « On obtient de Dieu autant qu'on en espère »; parvenu au cœur de la neuvaine, je vous prie Père bien-aimé, après avoir déjà demandé de grandes grâces, de m'accorder celle de la totale confiance de les obtenir. Pour cela, je m'abandonne entièrement à Vous, Dieu éternel et tout-puissant.

Thérèse m'invite avec insistance à l'abandon et la confiance en Vous  Seigneur, Dieu de bonté et de miséricorde. « Le Bon Dieu veut que je m'abandonne comme un tout petit enfant qui ne s'inquiète pas de ce que l'on fera de lui », car Il mesure toujours ses dons à notre confiance », dit-elle.

Pour entrer de plein-pied dans la « petite voie toute de confiance et d'amour », qui mettra ma volonté en parfaite conformité avec la vôtre, Seigneur, j'ai besoin du don inestimable de l'abandon de l'enfant qui repose sur le cœur de sa maman, et de la totale confiance en Vous, Père bien-aimé et tout-puissant.

Accordez-moi aujourd'hui ces dons et maintenez-les pendant toute ma vie d’ici-bas. Grâce à ces dons bien présents à mon esprit, je sanctifierai un jour après l'autre, tous ceux que vous me donnerez à vivre, malgré mes faiblesses et la fragilité de ma nature. Par Jésus-Christ notre Seigneur qui vis et règne avec vous dans l'unité du Saint-Esprit, Amen.

Prières quotidiennes 

Sixième jour de la neuvaine - Sainte Thérèse, créature nouvelle en Dieu

« Quelle douce joie de penser que le Bon Dieu est Juste, c’est-à-dire qu’Il tient compte de nos faiblesses, qu’Il connaît parfaitement la fragilité de notre nature. De quoi donc aurais-je peur ? » 

Sainte Thérèse de L'enfant-Jésus et de la Sainte Face accompagnez-moi sur cette voie de croissance spirituelle et de sainteté, en étant tournée vers notre Dieu Tout Puissant d’amour et si miséricordieux.

Dieu tout-puissant et éternel, le Christ notre Pâque, a été immolé pour nous, afin que nous devenions des enfants de lumière pour la vie éternelle.

Par sa mort, nous avons été affranchis de la mort, non pas pour accomplir des exploits exceptionnels, mais pour devenir des créatures nouvelles en accomplissant avec amour les tâches quotidiennes.

La tâche la plus humble faite en votre présence Seigneur, acquiert à vos yeux une valeur infinie, chaque fois qu'elle est faite par amour pour Vous. Vous désirez tout simplement de nous que nous nous acquittions des tâches ordinaires, au long de nos jours, extraordinairement bien. Et c'est l'amour seul qui les transfigure. 

Père bien-aimé, accordez-moi la grâce de devenir, à l'image de votre Fils, "doux et humble de cœur". Pour avancer plus rapidement sur cette petite voie, accordez-moi de tout faire avec amour.

Que la très sainte Vierge Marie, Mère de Votre divin Fils et ma Mère, veuille bien m'assister tout au long de mon cheminement sur la voie de l'enfance spirituelle.

Je veux, à partir d'aujourd'hui, "marcher en votre présence", Père bien-aimé, par les mérites de votre divin Fils, avec qui vous vivez et régnez dans l'unité du Saint-Esprit, pour les siècles des siècles. Amen 

Prières quotidiennes

Septième jour de la neuvaine - Sainte Thérèse, tout amour

« Il est des âmes sur la terre qui cherchent en vain le bonheur. Mais pour moi, c’est tout le contraire. La joie se trouve dans mon cœur. Cette joie n’est pas éphémère Je la possède , heureuse...

Se croire soi-même imparfaite et trouver les autres parfaits, voilà le bonheur...
Aimer, c’est tout donner et se donner soi-même... 

Jésus, ton ineffable image est l’astre qui guide mes pas. Ah ! Tu le sais, ton doux visage est pour moi le ciel ici-bas. Mon amour découvre les charmes de ta face embellie de pleurs. Je souris à travers mes larmes, quand je contemple tes douleurs… »

Sainte Thérèse, vous appeliez familièrement votre Père du ciel : « Papa, le bon Dieu », comme vous appeliez aussi votre Mère céleste : « maman ».

Obtenez-moi cet esprit filial d'adoption qui est au cœur de la vie d'oraison. Que je sache me tourner vers le ciel avec le même amour, et la même confiance qui vous habitaient. 

Seigneur, que la contemplation de Votre Sainte Face, meurtrie tout au long de Votre chemin de Croix, renforce en moi l'humilité, le total abandon à votre sainte volonté, ma confiance sans réserve en votre miséricorde, la primauté de l'amour, en toutes choses, dans mes rapports avec toute personne, connue ou inconnue.

Seigneur Jésus, vous nous avez révélé en votre Père le plus tendre des pères.

Que par la prière personnelle, je le découvre, de plus en plus, dans sa bonté et sa miséricorde, dans son amour infini pour moi.

Apprenez-moi à me réfugier, par l'oraison, dans les bras de ce Père que j'aime du fond de mon cœur tout en L'adorant, et qui m'aime infiniment comme en témoigne votre Croix dressée sur le monde.

Qu'une vie d'oraison désormais plus fervente m'inspire un amour toujours plus grand de l'Eucharistie - signe suprême de votre amour -, dans laquelle je veux me perdre par fusion, comme une goutte d'eau dans l'océan. Amen.

Prières quotidiennes

Huitième jour de la neuvaine - Sainte Thérèse, amoureuse de la Parole

« Jésus, mon seul Amour, au pied de ton calvaire, que j’aime chaque soir à te jeter des Fleurs ! En effeuillant pour toi la rose printanière, je voudrais essuyer tes pleurs.  Jeter des fleurs, c’est t’offrir en prémices Les plus légers soupirs, les plus grandes douleurs... »

Sainte Thérèse, lire les Saintes Ecritures faisait vos délices. C’est dans la Bible que je peux trouver les perles qui parleront à mon cœur. En m’instruisant, en me nourrissant la Parole me fera grandir. Aidez-moi, sainte Thérèse à lire régulièrement la Bible et par là à me laisser rejoindre par Dieu. Car dans la Parole c’est Dieu qui se donne.

Très Sainte Trinité, vous qui avez été révélée par l'Ecriture sainte, Parole de Dieu, inspirez-moi un amour toujours plus fort et ardent de la Bible.

C'est le livre de vie qui contient toute la « science d'amour ». Qu'il soit mon « Maître intérieur », comme il le fut pour Thérèse.

Faites de moi un disciple docile et aimant de ce Maître intérieur. Il m'apprend à progresser sur la petite voie dans laquelle je me suis engagé sans retour. Comme Thérèse, que j'apprenne à accumuler les trésors de l'Ecriture, comme des perles précieuses, dans ma mémoire, afin que je puisse en vivre, en les extrayant opportunément, chaque fois que j'en ai besoin pour moi-même et les autres. Dans l'Evangile, Jésus me parle. Thérèse disait de l'Evangile : « Ce livre-là me suffit. Quelle douceur, que de n'apprendre plus rien que de la bouche de Jésus ! »

Esprit Saint, Esprit d'amour et de vie, accordez-moi le don que vous avez accordé si généreusement à Thérèse, celui de l'interprétation des Livres de la Sainte Ecriture : « On eut dit que ces Livres divins n'avaient plus de sens caché pour elle, tellement elle en savait découvrir toutes les beautés ».

Accordez-moi ce don pour en éclairer ma propre vie, celles des êtres qui me sont chers, celle de toute âme que vous mettez sur mon chemin, afin que je puisse devenir, comme Thérèse, un ange de paix et de charité. 

Prières quotidiennes

Neuvième jour de la neuvaine - Sainte Thérèse, plus grande sainte des temps modernes

« Je puis donc, malgré ma petitesse, aspirer à la sainteté. Me grandir, c’est impossible, mais je veux chercher le moyen d’aller au ciel par une petite voie bien droite, bien courte et toute nouvelle. Et j’ai lu: Si quelqu’un est tout petit, qu’il vienne à moi. Alors, je suis venue. 

Oh ! Je voudrais chanter, Marie, pourquoi je t’aime. Pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon cœur. Et pourquoi la pensée de ta grandeur suprême. Ne saurait à mon âme inspirer de frayeur. Si je te contemplais dans ta sublime gloire. Et surpassant l’éclat de tous les bienheureux... »

La très sainte Vierge Marie, Mère de votre divin Fils, nous montre comment diviniser ainsi notre vie quotidienne : Elle faisait son ménage, nettoyait sa maison, y rangeait ses modestes biens; elle accueillait Jésus et Joseph rentrant de travail; elle aidait une voisine chaque fois que c'était nécessaire; elle faisait les mille petites choses dont est tissé la vie d'une maîtresse de maison. Elle les faisait par amour.

Il en fut de même de Thérèse, l'humble petite carmélite; elle s'adonnait, jour après jour, aux tâches apparemment insignifiantes de sa petite vie de cloîtrée. Elle s'y adonnait par amour, «pour faire plaisir à Jésus, comme si la perfection de l'Ordre dépendait de sa conduite personnelle ».

Seigneur, accordez-moi cette grâce insigne, véritable chemin de sainteté, de faire extraordinairement bien les choses ordinaires de ma vie, et de les faire en Votre présence, par amour pour Vous, et pour ceux qui m'entourent. C'est en agissant ainsi que j'obéirai aux deux commandements d'amour qui résument tous les autres. Et que je refléterai sur mon prochain votre seule sainteté. 

Seigneur Jésus, sur la Croix, juste avant de remettre votre âme à votre Père, vous nous avez donné votre Mère pour qu'elle soit aussi la Mère de vos frères et de vos amis, notre Mère. Vous nous avez donné, avec elle, un trésor de valeur infinie.

Thérèse avait dix ans quand elle fut guérie par votre très sainte Mère : « Elle m'a souri... » Elle fut instantanément guérie d'une longue et grave maladie où elle souffrait de tremblements nerveux, de crises de frayeur et d'hallucinations.

Par la suite, elle dira : « J'ai compris qu'elle veillait sur moi, que j'étais son enfant. »

Accordez-moi Seigneur Jésus, cette même compréhension. Que ma vie, comme celle de Thérèse, devienne intimité de tous les instants avec votre très sainte Mère ; « Je ne lui cache rien, je lui dis tout. » Sur son lit de souffrance Thérèse confiait : « Je ne peux plus regarder la sainte Vierge sans pleurer. »

Marie est le raccourci qui conduit le plus aisément à Son divin Fils. Jésus brûle de conduire les âmes à son Père.

Ainsi sur « la petite voie » qui conduit le plus sûrement au Père céleste, qu'à l'exemple de Thérèse, je prenne ce raccourci plein de douceur.

Qu'à la suite de Thérèse, j'apprenne à dialoguer tendrement avec toi, Marie, ma Mère bien-aimée.

Et dans une grande intimité, comme tout enfant avec sa maman, « je demande très souvent à la sainte Vierge de dire au bon Dieu qu'Il n'a pas à se gêner avec moi. C'est elle qui fait toutes mes commissions », confiait Thérèse à la toute fin de sa vie.

Une maman intervient toujours en faveur de ses enfants. Que je n'oublie jamais qu'auprès du Seigneur, j'ai le plus puissant des intercesseurs.

O Marie, ma très sainte Mère, conduisez-moi sur la petite voie thérésienne que j'ai choisie pour mon chemin de sainteté, intercédez pour moi auprès du Seigneur, afin que j'y grandisse sans cesse dans la ressemblance de votre fils Jésus, « doux et humble de cœur». Amen.

Prières quotidiennes


Prière de sainte Thérèse pour les prêtres


O Jésus, Eternel souverain Prêtre, gardez vos prêtres sous la protection de votre Sacré-Cœur, où personne ne peut leur faire de mal.

Gardez sans tache leurs mains consacrées, qui touchent chaque jour votre Corps sacré. Gardez pures leurs lèvres, qui sont empourprées de votre Précieux Sang.

Gardez pur et détaché leur cœur, qui est marqué du sceau sublime de votre glorieux Sacerdoce.

Faites-les grandir dans l'amour et la fidélité envers Vous ; protégez-les de la contamination de l'esprit du monde. Donnez-leur avec le pouvoir de changer le pain et le vin, le pouvoir de changer les cœurs. Bénissez leurs travaux par des fruits abondants, donnez-leur un jour la couronne de la Vie éternelle. Ainsi soit-il. Sainte Thérèse de Lisieux (1873-1897)

Offrande de moi-même comme victime d'Holocauste à l'Amour Miséricordieux du Bon Dieu

O mon Dieu ! Trinité Bienheureuse, je désire vous Aimer et vous faire Aimer, travailler à la glorification de la Sainte Eglise en sauvant les âmes qui sont sur la terre et délivrant celles qui souffrent dans le purgatoire.

Je désire accomplir parfaitement votre volonté, arriver au degré de gloire que vous m'avez préparé dans votre royaume, en un mot je désire être Sainte. Mais je sens mon impuissance et je vous demande ô mon Dieu ! D'être vous-même ma Sainteté. Puisque vous m'avez aimée, jusqu'à me donner votre Fils unique pour être mon Sauveur et mon Epoux, les trésors infinis de ses mérites sont à moi, je vous les offre avec bonheur, vous suppliant de ne me regarder qu'à travers la Face de Jésus et dans son Cœur brûlant d'Amour.

Je vous offre encore tous les mérites des Saints (qui sont au ciel et sur la terre) leurs actes d'Amour et ceux des Saints Anges; enfin je vous offre, ô Bienheureuse Trinité ! L'Amour et les mérites de la Sainte Vierge, ma Mère chérie, c'est à elle que j'abandonne mon offrande la priant de vous la présenter. Son Divin Fils, mon époux Bien-aimé, aux jours de sa vie mortelle nous a dit :"Tout ce que vous demanderez à mon Père en mon nom il vous le donnera!"

Je suis donc certaine que vous exaucerez mes désirs; je le sais ô mon Dieu! Plus vous voulez donner, plus vous faites désirer. Je sens en mon cœur des désirs immenses et c'est avec confiance que je vous demande de venir prendre possession de mon âme.

Ah! Je ne puis recevoir la sainte Communion aussi souvent que je le désire, mais, Seigneur, n'êtes-vous pas Tout-puissant ?... Restez en moi, comme au tabernacle, ne vous éloignez jamais de votre petite hostie...

Je voudrais vous consoler de l'ingratitude des méchants et je vous supplie de m'ôter la liberté de vous déplaire. Si par faiblesse, je tombe quelquefois, qu'aussitôt votre Divin Regard purifie mon âme consumant toutes mes imperfections, comme le feu qui transforme toute chose en lui-même...

Je vous remercie ô mon Dieu ! De toutes les grâces que vous m'avez accordées, en particulier de m'avoir fait passer par le creuset de la souffrance. C'est avec joie que je vous contemplerai au dernier jour, portant le sceptre de la Croix; puisque vous avez daigné me donner en partage cette Croix si précieuse, j'espère au ciel vous ressembler et voir briller sur mon corps glorifié les sacrés stigmates de votre Passion...

Après l'exil de la terre, j'espère aller jouir de vous dans la Patrie, mais je ne veux pas amasser de mérites pour le ciel, je veux travailler pour votre seul Amour, dans l'unique but de vous faire plaisir, de consoler votre Cœur Sacré et de sauver des âmes qui vous aimeront éternellement.

Au soir de cette vie, je paraîtrai devant vous les mains vides, car je ne vous demande pas, Seigneur, de compter mes œuvres. Toutes nos justices ont des taches à vos yeux. Je veux donc me revêtir de votre propre Justice, et recevoir de votre Amour la possession éternelle de Vous-même. Je ne veux point d'autre Trône et d'autre Couronne que Vous, ô mon Bien Aimé !...

A vos yeux le temps n'est rien, un seul jour est comme mille ans, vous pouvez donc en un instant me préparer à paraître devant vous...

Afin de vivre dans un acte de parfait Amour, je m'offre comme victime d'holocauste à votre Amour Miséricordieux, vous suppliant de me consumer sans cesse, laissant déborder en mon âme, les flots de tendresse infinie qui sont renfermés en vous et qu'ainsi je devienne Martyre de votre Amour, ô mon Dieu !...

Que ce Martyre après m'avoir préparée à paraître devant vous me fasse enfin mourir et que mon âme s'élance sans retard, dans l'éternel embrassement de Votre Miséricordieux Amour...

Je veux, ô mon Bien Aimé, à chaque battement de mon cœur, vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois jusqu'à ce que les ombres s'étant évanouies, je puisse vous redire mon Amour dans un Face à Face Eternel!...

Marie, Françoise, Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte Face rel. carm. ind.
Fête de la Sainte Trinité. Le 9 Juin de l'an de grâce 1895

 

Litanies de sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face, Patronne des missions

 

Seigneur, ayez pitié de nous. 

Christ, ayez pitié de nous. 

Seigneur, ayez pitié de nous. 

 

Christ, écoutez-nous. 

Christ, exaucez-nous. 

 

Père céleste, qui êtes Dieu,  ayez pitié de nous. 

Fils, Rédempteur du monde, qui êtes Dieu,  ayez pitié de nous. 

Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous. 

Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

 

Sainte Marie, immaculée en votre Conception, ayez pitié de nous. 

Sainte Marie, Mère de Jésus et notre Mère,                                                priez pour nous. 

 

Sainte Thérèse, que Dieu combla de grâces dès votre tendre enfance, ...

Sainte Thérèse, pareille aux Anges par votre innocence, ... 

Sainte Thérèse, épouse choisie du Seigneur, ...

Sainte Thérèse, nouvelle fleur du Carmel, ... 

Sainte Thérèse, insensible aux biens et aux délices de la terre, ... 

Sainte Thérèse, dont aucune faute n'a jamais terni la pureté, ... 

Sainte Thérèse, parfait modèle d'obéissance, ... 

Sainte Thérèse, très dévote au Sacré Cœur de Jésus, ... 

Sainte Thérèse, humble servante du Seigneur, ... 

Sainte Thérèse, victime de l'amour divin, ... 

Sainte Thérèse, pleinement confiante en Dieu, ... 

Sainte Thérèse, toute brûlante de zèle pour le salut des âmes, ... 

Sainte Thérèse, digne fille de votre mère spirituelle sainte Thérèse d’Avila, ...

Sainte Thérèse, petite fleur de notre Seigneur, ...

Sainte Thérèse, épanouie éternellement dans les jardins célestes, ... 

Sainte Thérèse, qui faites descendre sur le monde une pluie abondante de bienfaits, ...

Sainte Thérèse, vous appelez vos grâces, les roses de votre amour pour les hommes, ...

Sainte Thérèse, très puissante protectrice de tous ceux qui vous invoquent,...

 

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, pardonnez-nous, Seigneur. 

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, exaucez-nous, Seigneur.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous. 

 

V). Priez pour nous, sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face 

R). Afin que nous devenions dignes des promesses du Christ.   

Prions

O Dieu, vous avez orné votre servante, sainte Thérèse, du don des miracles,  accordez, nous vous en supplions, par son intercession, la grâce de toujours vous servir, à son exemple, en esprit de confiance et d'humilité.  

Par Jésus-Christ, votre Fils, notre Seigneur, qui vit et règne avec vous  en l'unité du Saint-Esprit, Dieu, dans tous les siècles des siècles. Amen.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article